Cofomo, un chef de file techno en pleine accélération


Édition du 25 Mai 2022

Cofomo, un chef de file techno en pleine accélération


Édition du 25 Mai 2022

Le président de Cofomo, Régis Desjardins (Photo: courtoisie)

+40% Variation 2019 à 2022 du nombre d’employés au Québec

51e au classement des grandes entreprises

SPÉCIAL GRANDES ENTREPRISES. «Le meilleur reste à venir», annonçait le président de Cofomo, Régis Desjardins, dans une publication LinkedIn en juin 2021. Il avait vu juste: la firme de services-conseils en technologies de l’information (TI) continue de croître. Implantée principalement au Québec et en Ontario, mais également présente à Chicago, Cofomo compte aujourd’hui 2800 employés et conseillers, dont 2420 dans la province, alors qu’ils étaient 1725 en 2019. 

L’an dernier, le fonds privé d’investissement Novacap y a en effet injecté plusieurs dizaines de millions de dollars — le montant exact n’a pas été dévoilé — pour accélérer son développement. « La réussite de Cofomo repose sur une vision claire, un modèle d’affaires solide et une grande capacité d’exécution », expliquait à l’époque Pascal Tremblay, président, chef de la direction et associé directeur de Novacap. « On souhaite explorer au-delà du Québec et de l’Ontario », précise aujourd’hui Régis Desjardins en mentionnant notamment l’Europe et le reste de l’Amérique du Nord. 

L’investissement commence d’ailleurs à porter ses fruits. Depuis sa création, en 1995, la croissance de Cofomo s’est essentiellement effectuée de manière organique, à l’exception de l’acquisition de la firme de services-conseils de Québec L-IPSE, en 2011, puis de celle d’Emerion, d’Ottawa, en 2017. Or, depuis octobre, ce ne sont pas moins de trois entreprises qui se sont jointes à son giron : Viagénie (Québec), Nexio (Montréal et Québec) et FMC Professionals (Ottawa). 

Une liste qui va vraisemblablement s’allonger. « Nous suivons plusieurs pistes en parallèle, mais nous ne savons pas quelle est la pomme qui va tomber la première », lance de manière sibylline son président, ancien vice-président de Cognicase.

 

Le défi de la pénurie de compétences

Il faut dire que depuis la pandémie, Cofomo a encore plus le vent dans les voiles. Spécialiste de la transformation numérique, la firme propose six services principaux à ses 175 principaux clients : conseil stratégique, infonuagique, données et intelligence décisionnelle, sécurité, agilité ainsi qu’innovation et technologies émergentes. 

« L’ère moderne n’a jamais été à ce point sous pression, mais elle est aussi créatrice d’occasions, confie l’entrepreneur originaire d’Amqui, en Gaspésie. Nous sommes passés de l’ère de services à l’ère numérique où tout devient virtuel: les services, les employés, les processus, le travail, les relations interpersonnelles, etc. » 

« Cela n’est qu’un premier pas vers un autre changement d’importance, poursuit-il. L’avènement de l’ère artificielle, avec l’intégration complète de l’intelligence artificielle. Nous aurons de moins en moins besoin de l’individu pour générer sa réflexion, et l’impact de ce changement sera encore plus grand que les précédents. » 

Cofomo entend évidemment bien se positionner pour ce changement. Pour y arriver, encore faut-il que l’entreprise, qui vient d’être nommée parmi les sociétés les mieux gérées du Canada par Deloitte pour une troisième année consécutive, réussisse à relever un défi de taille : attirer des employés au profil très populaire. « Il y a une pénurie de compétences, mais cela pousse à se réinventer et à innover », reconnaît Régis Desjardins. 

Difficile de connaître sa recette précise en la matière, vraisemblablement à cause de la forte concurrence qui sévit dans ce marché. Il s’agirait, selon lui, d’un savant mélange de créativité, de formation, de coaching et de méthodes de travail. Sans oublier le recours au recrutement international. 

S’y ajoute le souci permanent accordé à la rétention du personnel en place. « Si tes salariés sont heureux, ce seront les premiers promoteurs de ton attraction, et autant de personnes qu’il ne sera pas nécessaire d’avoir à recruter », insiste-t-il.

 

 


Sur le même sujet

Arrêtez de jouer à la mascotte!

11/08/2022 | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Mieux vaut se départir d'employés qui ne sont pas motivés plutôt que trop tenter de leur plaire.

Les entreprises canadiennes ont les poches pleines, selon l'IRIS

L'IRIS affirme que la Banque du Canada fait fausse route en augmentant de manière importante les taux d'intérêts.

À la une

Pourquoi Taïwan est crucial pour votre entreprise

13/08/2022 | François Normand

ANALYSE. Une guerre ou un blocus de l’île productrice de semi-conducteurs affecterait plusieurs entreprises au Canada.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse, quatrième semaine de gains pour le Nasdaq

Mis à jour le 12/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Canadian Tire, Linamar et Disney

12/08/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Canadian Tire, Linamar et Disney ? Voici quelques recommandations d’analystes.