Québec : un exemple à l'échelle planétaire

Publié le 20/02/2010 à 00:00

Québec : un exemple à l'échelle planétaire

Publié le 20/02/2010 à 00:00

Par Claudine Hébert

Lui-même carboneutre et zéro déchet depuis l'automne 2007, le Centre des congrès de Québec (CCQ) offre à ses clients tout l'aide nécessaire pour organiser des événements éco-responsables sous son toit. Pour y parvenir, le CCQ s'est adjoint les services d'une firme québécoise d'éco-conseillers, Takt-etik.


En moins de trois ans, ce service d'accompagnement a obtenu un succès planétaire. Le centre a fait l'objet de plus d'une quarantaine d'articles parus dans des publications spécialisées, principalement en Europe. Des retombées estimées à plusieurs centaines de milliers de dollars en promotion gratuite. " Et d'importants contrats d'événements internationaux ", soutient Ann Cantin, directrice des communications du Centre. Le congrès de l'International Society for Sexually Transmitted Deseases Research, qui réunira plus de 1 000 délégués en 2011, en est un bel exemple.


" Ce n'est plus vrai que les gens ne veulent pas payer trois dollars de plus par participant pour obtenir ce type d'accompagnement. Ils veulent, en revanche, savoir à quoi servira cette surcharge. C'est la raison pour laquelle nous allons installer sous peu une signalisation qui indiquera aux délégués les impacts de leurs actions éco-responsables en temps réel, comme la réduction des émissions de CO2 ", poursuit Mme Cantin.


Une expertise reconnue


Plusieurs villes et établissements consultent régulièrement le CCQ à titre de référence. C'est le cas de Nantes et de Bordeaux, en France. La direction de l'Arena and Convention Centre de Liverpool, au Royaume-Uni, considéré comme un des centres de congrès les plus verts d'Europe, a également fait appel au CCQ pour implanter son service d'accompagnement.


Ce n'est pas d'hier que le méga-centre de 43 200 m2 se préoccupe d'environnement. Ses premières pratiques vertes remontent à sa création, en 1996, alors que les gestionnaires favorisaient des mesures de réduction de consommation d'eau et d'énergie pour des raisons d'économie.


Grâce à l'optimisation des méthodes de travail et à l'acquisition d'équipements en 2002, entre autres, une chaudière électrique afin d'utiliser de l'électricité hors des heures de pointe plutôt que le gaz, l'établissement a réussi à réduire de 50 % ses émissions de GES annuelles, ainsi que la quantité d'énergie consommée par m2de 33 %. Des investissements que l'établissement a rentabilisés en moins de deux ans.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Climat : ce qu'il faut faire pour y arriver

21/03/2019 | François Normand

BALADO - Il est minuit moins une pour limiter le réchauffement. Des solutions existent, mais elles sont drastiques.

Les jeunes ont vraiment compris le risque climatique

16/03/2019 | François Normand

ANALYSE - Nous devons réduire de 45% les émissions de GES d'ici 2030 pour éviter un emballement du climat.

À la une

La marge de sécurité: un concept intemporel

BLOGUE INVITÉ. La «marge de sécurité». Les 3 mots les plus importants dans l'investissement, selon Warren Buffett.

Six manières de réduire vos erreurs d'investissement

BLOGUE INVITÉ. C'est simple, moins vous avez à prendre de décisions, moins vous commettez d'erreurs.

BRP secouée par les peurs de récession, l'action dévisse de 10%

Le titre a perdu 51% parce que les investisseurs craignent que le meilleur soit passé pour les produits de luxe.