Me Barbara Sheng, avocate polyglotte

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Janvier 2019

Me Barbara Sheng, avocate polyglotte

Offert par Les Affaires


Édition du 12 Janvier 2019

Me Barbara Sheng

Me Barbara Sheng, avocate chez Stikeman Elliott, a d'abord étudié en science politique et développement international, avant d'opter pour le droit. Cela l'a d'ailleurs menée à travailler auprès de l'Atomic Energy Council, de Taïwan, dans un projet de recherche sur les énergies renouvelables.

Elle a terminé son droit à l'Université de Montréal après avoir étudié en anglais au cégep et pour son premier baccalauréat (McGill), notamment parce qu'elle souhaitait maîtriser la langue française. Née d'une mère vietnamienne, qui parle le vietnamien et le cantonnais, et d'un père taïwanais, qui parle le mandarin et le taïwanais, Me Sheng est sans surprise devenue polyglotte. En plus du français et de l'anglais, elle peut s'exprimer en cantonnais, en mandarin, en taïwanais et même un peu en allemand, qu'elle a appris à l'université.

Un avantage appréciable pour celle qui travaille en fusion et acquisition avec un fort accent sur les transactions transfrontalières. « Il y a de plus en plus d'investisseurs chinois actifs au Canada, donc c'est un atout de pouvoir communiquer avec eux dans leur langue ou de pouvoir traduire pour les collègues certains points qu'ils n'arrivent pas à bien exprimer en français ou en anglais », explique-t-elle.

Elle note que la connaissance de la langue est utile en développement des affaires, mais aussi pour appuyer les clients canadiens qui font des affaires dans différents pays d'Asie. Elle aide aussi à mieux comprendre la culture de ces pays, et donc à éviter les malentendus.

Selon elle, le fait d'être issue d'une minorité visible n'a jamais eu d'impact sur sa carrière, pas plus que celui d'être une femme d'ailleurs. Elle siège aujourd'hui au comité des étudiants et stagiaires de Stikeman Elliott, à Montréal, et est à même de constater que le cabinet cherche d'abord et avant tout à recruter les meilleurs talents, sans égard pour leur origine ou leur genre.

Quant à sa passion pour le développement et l'aide humanitaire, elle l'assouvit en siégeant au conseil d'administration d'Action contre la faim Canada. L'organisme déploie des projets liés à la sécurité alimentaire, à la santé et à l'accès à l'eau au Canada et à l'étranger.

« C'est important pour moi de continuer à appuyer ce genre de causes en parallèle de ma carrière en droit », conclut-elle.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PROFESSION: AVOCAT»

À suivre dans cette section


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La nouvelle voix des avocats

Édition du 22 Janvier 2020 | Jean-François Venne

PROFESSION: AVOCAT. Les avocats seraient-ils jaloux des médecins?

Querelle à propos des tarifs offerts

Édition du 22 Janvier 2020 | Jean-François Venne

PROFESSION : AVOCAT. Le torchon brûle entre les avocats et le gouvernement québécois au sujet des ...

OPINION Les avocats de plus en plus technophiles
Édition du 22 Janvier 2020 | Jean-François Venne
Innover en prison
Édition du 22 Janvier 2020 | Jean-François Venne
Boulot, dodo... sans le métro
Édition du 22 Janvier 2020 | Jean-François Venne

À la une

Bourse: à Wall Street, le Dow Jones plonge de 3%

Mis à jour à 17:26 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les acteurs du marché s’alarment devant la propagation à grande échelle de l’épidémie.

Titres en action: MTY, Air Canada, WSP Global...

06:47 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Mines: le Québec de moins en moins attractif

Ottawa et Québec «ne sont pas parvenus à proposer un climat attractif pour les investisseurs», déplore l'AMQ.