Le Groupe Charbonneau mise sur les jeunes

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Le Groupe Charbonneau mise sur les jeunes

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

« Si le travailleur ne se sent pas en sécurité sur nos chantiers, il ne se sent pas respecté et il va voir ailleurs », dit Jean Charbonneau, du Groupe Charbonneau. [Photo: Jérôme Lavallée]

L'activité va bon train chez le Groupe Charbonneau, spécialiste en plomberie dans le Grand Montréal. Grâce à deux gros chantiers, la construction des deux hôpitaux de Montréal, le CHUM et le CUSM, l'effectif culmine à plus de 200 personnes. Le maître-mot de l'entreprise : bien traiter les employés pour s'assurer de les conserver.

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: Forces d'attraction

Le Groupe Charbonneau, qui fêtera son 100e anniversaire en 2017, privilégie les jeunes, auxquels elle assure les 150 heures sur trois mois nécessaires en début de carrière pour obtenir leur certificat de compétence apprenti.

«La moyenne d'âge est inférieure à 40 ans», affirme Jean Charbonneau, le président du Groupe. Il mise donc beaucoup sur la rétention de ces employés qui ont vocation à évoluer dans l'entreprise de façon à former la relève des postes de contremaîtres, plus difficiles à pourvoir.

Dans le domaine de la construction, la marge de manoeuvre des entrepreneurs pour mettre en place des avantages visant à attirer et à retenir la main-d'oeuvre est mince, puisque beaucoup d'éléments sont imposés par la convention collective, comme les niveaux de rémunération et les avantages sociaux. Jean Charbonneau insiste sur la formation, la qualité des conditions de travail ainsi que sur la sécurité. «Nous ne lésinons pas sur la qualité des équipements et des outils que nous mettons à la disposition de nos équipes, explique-t-il. Si le travailleur ne se sent pas en sécurité sur nos chantiers, il ne se sent pas respecté et il va voir ailleurs.»

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: Forces d'attraction

À la une

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.

4. Calendrier de l'avent des affaires: la COP26

Concours international du jeu appelé «la politique de l’autruche»...

Un engagement des employés digne de Chapeau les PDG

03/12/2021 | Catherine Charron

Voici comment trois PDG nourrissent le sentiment d'appartenance à leur organisation.