Machinex, adepte (entre autres) de LinkedIn

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

Machinex, adepte (entre autres) de LinkedIn

Offert par Les Affaires


Édition du 04 Octobre 2014

« Les jeunes veulent progresser et développer leur carrière, et c’est précisément ce que nous souhaitons pour eux », dit Marylène Lavigne, de Machinex. [Photo: Olivier Croteau]

Le précurseur national du recyclage a pignon sur rue à... Plessisville, dans le Centre-du-Québec. Vous l'ignoriez ? Vous n'êtes pas un cas isolé. Malgré sa trentaine d'années d'existence et son statut d'acteur incontournable à l'international, Machinex doit encore se faire connaître auprès des travailleurs québécois. Pour surmonter cet obstacle et faciliter le recrutement de son personnel, l'entreprise s'est tournée vers les nouvelles technologies.

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: Forces d'attraction

Depuis le début de l'année, l'équipe des ressources humaines de Machinex a renforcé sa présence sur LinkedIn, approchant des centaines de candidats potentiels des quatre coins du Québec pour les inviter à visiter leur site Web et leurs installations du Centre-du-Québec.

Résultat : sur les quelque 50 employés embauchés par l'entreprise en 2014, plus d'une dizaine ont été recrutés grâce à cette plateforme de réseautage professionnel. «Nous avons rejoint des candidats que nous n'aurions jamais pu rencontrer autrement en raison de la distance», explique la responsable des ressources humaines de Machinex, Marylène Lavigne. Et elle a bien l'intention de continuer à miser sur cet outil pour dénicher des recrues.

Cliquez ici pour consulter le dossier PME: Forces d'attraction

À la une

5. Calendrier de l'avent des affaires: le métavers

CALENDRIER DE L'AVENT DES AFFAIRES. Univers parallèle dans lequel rêvent de se réfugier les habitants des pays riches...

4. Calendrier de l'avent des affaires: la COP26

04/12/2021 | Olivier Schmouker

Concours international du jeu appelé «la politique de l’autruche»...

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.