8 indicateurs qu'il faut refaire votre site web

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

8 indicateurs qu'il faut refaire votre site web

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

[Photo: 123RF]

Une entreprise doit veiller à ce que l'outil réponde aux besoins de ses utilisateurs pour ne pas susciter de l'insatisfaction de leur part. Voici huit indices qui montrent qu'il est temps que votre PME revitalise ses pages web.

1. Le site n'est pas encore adapté au mode mobile

Il y a 10 ans, 5 % des utilisateurs consultaient un site web à l'aide d'un appareil autre qu'un ordinateur. Aujourd'hui, c'est plus d'un sur deux. «Et ce phénomène ne cesse de s'accentuer depuis cinq ans», souligne Nadir Aboura, fondateur de l'agence web Onyris. Cette agence web montréalaise, en affaires depuis 1995, compte plus de 1 000 clients un peu partout sur le globe. Votre site web, poursuit-il, doit être compatible avec tous les appareils électroniques, particulièrement les téléphones intelligents. Le site web est également devenu une partie de l'ensemble de votre plateforme numérique. Il doit être connecté avec votre page Facebook, LinkedIn, Instagram... tout doit être relié, avertit-il.

2. Vos employés n'osent pas recommander votre site

Est-ce que votre site passe le test de l'image ? «Réunissez vos employés autour d'une table et demandez-leur quelles sont leurs impressions du site web. En sont-ils fiers ou gênés ? Le site web de l'entreprise en est son reflet. Il doit être à la hauteur de l'image que vous souhaitez projeter. Autrement, c'est la réputation de l'entreprise qui en souffre», indique M. Aboura.

3. Votre site web ne figure pas sur la première page de Google... ni sur la deuxième !

Plus de 80 % du recrutement de nouveaux clients passe par le site web. Encore faut-il qu'il soit bien référencé. Est-il bien adapté aux algorithmes de recherche ? Depuis combien de temps n'avez-vous pas recruté de nouveaux clients à l'aide de votre site ? «Faites le test avec les mots-clés qui caractérisent vos services et vos produits», conseille Thierry Ouellet, fondateur de Dixfractions, une agence web et de référencement. Votre entreprise doit figurer sur la première page, explique-t-il. À tout le moins sur la deuxième. Si ce n'est pas le cas, un exercice de référencement s'impose, dit-il.

4. Ça prend plus que la tête à Papineau pour trouver de l'info

Le client doit être en mesure de trouver ce qu'il cherche en moins de trois clics sur votre site web. Autrement, il sera porté à aller voir ailleurs, soutient M. Aboura. «Votre site est davantage un vecteur de services que de communication, enchaîne Simon Éthier, directeur stratégie chez Adviso. Cette firme-conseil collabore avec des centaines d'organisations un peu partout au Canada. «Les utilisateurs qui accèdent au site web recherchent de l'information. Des renseignements qui doivent être faciles à trouver et à lire en tout temps», insiste M. Éthier. Cette information, ajoute M. Aboura, les utilisateurs veulent de plus en plus l'obtenir en temps réel. «Les chances de réussir une vente sont multipliées par 800 si l'usager dispose d'une interaction immédiate sur un site web», précise-t-il.

5. Les clients se plaignent de bogues

Est-ce que votre site web fait l'objet de liens corrompus ? Propose-t-il un formulaire qui ne fonctionne pas ? Est-ce qu'il est devenu trop lent pour passer de page en page ? Autant d'indices qui indiquent que le site est devenu désuet, avance M. Ouellet.

6. Il est incapable de convertir les usagers anonymes

Un site web, c'est un entonnoir inversé, explique M. Aboura. L'objectif est de convertir le plus rapidement possible tous les usagers anonymes qui le consultent en client ou en adhérant. Le site web doit donc disposer de balises qui lui permettent de suivre le tracé de ses utilisateurs. Que recherchent-ils ? Que veulent-ils savoir ? D'où viennent-ils ?

7. Il est immuable

Nadir Aboura se rappelle des premiers sites web qu'il a conçus pour de grandes entreprises au début des années 2000. «Ces projets pouvaient prendre près d'un an. Et aussitôt que le site était en ligne, déjà il accusait des retards sur les nouvelles technologies apparues au cours des derniers mois. D'où l'intérêt d'avoir un site qui peut être amélioré de façon continue.»

8. Il n'est toujours pas connecté avec votre progiciel de gestion intégré

Quoi de plus frustrant pour un consommateur que de commander un produit en ligne ou de se rendre en magasin pour acheter un bien qui semble offert sur le web, mais qui ne l'est plus. Le site web doit être relié à un progiciel de gestion intégré pour veiller à ce que les stocks soient tenus à jour en temps réel.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PME: DURER EN AFFAIRES»

À suivre dans cette section


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: liés en amour... et en affaires

Édition du 12 Février 2020 | Les Affaires

En manchette cette semaine, découvrez les lauréats des prix PDG de l’année «Les Affaires».

Découvrez la nouvelle formule de Les Affaires!

21/01/2020 | Les Affaires

Consultez le fruit de nos réflexions sur qui nous sommes et ce que nous voulons offrir à nos chers lecteurs.

À la une

Votre chaîne d'approvisionnement peut-elle résister aux virus?

22/02/2020 | François Normand

ANALYSE - Les chaînes d'approvisionnement sont vulnérables. Voici trois stratégies pour réduire les risques de rupture.

Titans techno: un peu trop tôt pour parler de fièvre

BLOGUE. Les parallèles avec la bulle dot-com de 2000 se multiplient. Voici quelques repères.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

22/02/2020 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.