Deux PME, deux solutions qui les propulsent vers le succès

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

Deux PME, deux solutions qui les propulsent vers le succès

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

Par Claudine Hébert

Chez Patates Dolbec, à Saint-Ubalde, en Mauricie, un des plus grands producteurs de pommes de terre de l’est du Canada, la traçabilité n’est plus un problème depuis 2013. L’entreprise s’est équipée de la technologie Epsilia.

Chaque PME a des besoins technologiques différents. Nous avons demandé à deux d’entre elles quelle technologie les a récemment aidées à progresser.  

L’ingénierie virtuelle s’invite chez Groupe Simoneau

Les difficultés à recruter de la main-d’œuvre qualifiée et la compétition agressive provenant de la concurrence mondiale pressent les PME manufacturières à passer en mode usine 4.0 afin de demeurer dans le coup. Ce qui est le cas de Groupe Simoneau qui fabrique des chaudières industrielles, institutionnelles et commerciales depuis 30 ans.

La PME de Boucherville procède actuellement à l’implantation d’un modeleur 3D, issu de la technologie américaine SolidWork. Entamé depuis un an, ce projet d’ingénierie virtuelle compte cinq modules qui seront implantés d’ici septembre 2019. « Ce qu’on fabrique comme chaudière est principalement des produits sur mesure en fonction des besoins de nos clients. Ce qui demande de nombreuses heures de conceptualisation. Grâce à notre transformation technologique, finis les projets de 40 heures à 200 heures d’ingénierie pour conceptualiser des produits. Une fois toutes les étapes complétées, Groupe Simoneau prévoit conceptualiser de nouvelles chaudières en moins de 15 minutes », explique Nancy Simoneau, présidente de l’entreprise familiale.  

Aucune mise à pied n’est prévue parmi les 145 employés, insiste-t-elle. « Au contraire, notre équipe actuelle nous aidera à être encore plus productifs face à des fabricants mondiaux qui opèrent dans des pays où les salaires sont beaucoup moins élevés qu’en Amérique du Nord », souligne l’entrepreneure. Plus 75 % des chaudières Simoneau sont vendues hors du Québec. 

Bien que cet investissement oscille entre un demi-million et un million de dollars, l’entrepreneure soutient que cette technologie est désormais beaucoup plus abordable pour une PME comme la sienne. « Le retour sur l’investissement demandera tout de même au moins 4 ans, » dit-elle.  

Suivre le tracé des patates

Un des cauchemars qu’ont longtemps vécu les producteurs alimentaires a été l’absence de traçabilité de leur production entre la cueillette et le garde-manger des consommateurs. Heureusement, chez Patates Dolbec, à Saint-Ubalde, en Mauricie, un des plus grands producteurs de pommes de terre de l’est du Canada, la traçabilité n’est plus un problème depuis 2013. L’entreprise s’est équipée de la technologie Epsilia.

« Ce logiciel de traçabilité, qui a coûté un peu plus de 100 000$ à implanter, nous permet aujourd’hui de réaliser des inventaires en temps réel. Il y a cinq ans, nous avions des bouts de papier sur les quelque 3000 boîtes de pommes de terre qui servaient au transport. Lorsqu’on changeait la variété, et on en compte une quinzaine, on devait changer le papier sur chacune des boîtes », raconte Josée Petitclerc, directrice marketing chez Patates Dolbec.

Il était, poursuit-elle, quasi impossible de connaître en temps réel combien l’entreprise disposait de boîtes, de variétés, ainsi que des grosseurs, de la qualité et la provenance des pommes de terre. Et c’était la même chose pour les pommes de terre entreposées dans les réfrigérateurs. « Tout était fait à la main par un employé une à deux fois qui veillait exclusivement à cet inventaire à l’année », indique Mme Petitclerc.

Cette façon de faire à l’ancienne entraînait des pertes que l’entreprise était incapable de calculer, dit-elle. « Aujourd’hui, grâce au logiciel de traçabilité, tout est indiqué devant nos écrans, accessible en temps réel », ajoute-t-elle.

Notez que Patates Dolbec continue d’introduire d’autres technologies. En avril dernier, la PME a inauguré ses tout nouveaux équipements d’usine 4.0 dont la facture s’est élevée à 12M$. L’automatisation de l’entreprise a permis, entre autres, d’améliorer toute la section de lavage de pommes de terre. L’implantation de ces technologies a permis à Patates Dolbec d’augmenter ses ventes annuelles de 12%, d’abolir une quinzaine de tâches à non-valeur ajoutée, de créer six nouveaux postes techniques et de réduire largement le roulement de personnel de la PME qui compte 125 emplois.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «PME: DURER EN AFFAIRES»

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une: liés en amour... et en affaires

Édition du 12 Février 2020 | Les Affaires

En manchette cette semaine, découvrez les lauréats des prix PDG de l’année «Les Affaires».

Découvrez la nouvelle formule de Les Affaires!

21/01/2020 | Les Affaires

Consultez le fruit de nos réflexions sur qui nous sommes et ce que nous voulons offrir à nos chers lecteurs.

À la une

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.

Train: une coalition d’entreprises demande à Ottawa de régler la crise

Une vingtaine de grandes entreprises dont ArcelorMittal, J.D. Irving et Maple Leaf pâtissent du blocage ferroviaire.

Plus d'un milliard de marchandises bloquées au Québec

17/02/2020 | François Normand

«Une grosse entreprise manufacturière canadienne devra bientôt ralentir ou fermer des chaînes de production.» - MEQ