10 femmes, autant de parcours

Publié le 08/10/2010 à 15:36, mis à jour le 10/11/2010 à 14:04

10 femmes, autant de parcours

Publié le 08/10/2010 à 15:36, mis à jour le 10/11/2010 à 14:04

Ses études en génie industriel l'ont menée à " optimiser " des projets : faire mieux à moindre coût. En 1986, elle crée la firme de conseil Valorex, dont les revenus atteindront le million de dollars.


À la retraite depuis quelques mois, Mme Constantineau a adoré travailler en équipe avec des ingénieurs d'autres secteurs. " Sur le plan humain, c'était très intéressant. Quand les résultats étaient publiés, c'était plaisant. "


La scientifique


Sophie Duchesne, 37 ans, professeure-chercheure à l'Institut national de la recherche scientifique, à Québec, a eu le déclic pour le génie au secondaire, lorsqu'elle suivait un cours en sciences et technologies. Après des études en génie civil, elle s'est intéressée à la gestion des réseaux d'aqueduc et d'égout, à l'alimentation en eau potable et à la collecte des eaux usées.


Sa motivation ? " Changer les choses et contribuer à rendre plus efficaces et moins coûteuses certaines méthodes de gestion. J'aime sentir que je peux améliorer la qualité de vie des gens. " Une préoccupation particulièrement présente chez les ingénieures, signale-t-elle.


La gestionnaire


Au départ, la présidente de l'Ordre des ingénieurs du Québec, Maud Cohen, se destinait à la médecine. La dissection d'animaux, dans un cours de biologie, l'en a dissuadée.


C'est un événement tragique, soit le drame de l'École polytechnique, qui a attiré son attention sur l'éventail des possibilités en génie pour les femmes. Elle se décide alors de s'inscrire en génie industriel. Pendant les 12 années suivantes, Mme Cohen a travaillé dans le secteur pharmaceutique en gestion de projets d'automatisation, puis en gestion de projets internationaux. Elle est entrée au service de la firme CGI en 2008, où elle dirige une équipe d'une trentaine de personnes.


" On dit souvent que le génie mène à tout, mais les gens ne le réalisent pas. Chaque ingénieur possède un parcours unique. La carrière se bâtit en fonction des intérêts de chacun ", souligne-t-elle.


Mme Cohen prévoit que le vieillissement de la population procurera des possibilités exceptionnelles aux ingénieurs : en génie chimique, dans la fabrication de médicaments, tout comme en génie mécanique, dans la fabrication d'orthèses, de prothèses et d'appareils médicaux.


Les grands enjeux environnementaux comme la gestion des transports, l'énergie, le développement durable et l'eau fourniront aussi leur lot de défis aux ingénieurs.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le patron de SNC craint de voir des employés quitter pour des concurrents

L’entreprise québécoise est toujours au cœur d’une tempête politique qui continue d’ébranler le gouvernement Trudeau.

SNC-Lavalin coupe une centaine de postes un peu partout au Canada

13/12/2018 | Julien Arsenault, PC

Ces éliminations ne représentent toutefois qu’une faible proportion de l’effectif de SNC-Lavalin au Canada.

OPINION Dans l'ombre de WSP, l'ingénieur-conseil Stantec reprend du mieux
Une loi à moderniser
Édition du 20 Octobre 2018 | Jean-François Venne
À quand la fin de la tutelle pour l'OIQ ?
Édition du 20 Octobre 2018 | Jean-François Venne

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Il y a 44 minutes | LesAffaires.com et AFP

«Les inquiétudes liées à l'économie mondiale sont de retour.»

Titres en action: Nike, Bayer, Uber...

Mis à jour il y a 29 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

10 choses à savoir lundi

Il y a 8 minutes | Alain McKenna

10$ pour parler à un agent chez Fido, UPS veut livrer des infirmières, ce canon à vapeur chasse les voleurs!