Les transactions minières ont chuté de 43 % au Canada

Publié le 28/11/2012 à 06:18

Les transactions minières ont chuté de 43 % au Canada

Publié le 28/11/2012 à 06:18

Par Suzanne Dansereau

L'activité de fusions et acquisitions a chuté de façon marquée dans le monde au cours des derniers mois. Photo: Bloomberg

Le boom du secteur minier qui dure depuis plusieurs années a subi une nette décélération de son activité au cours des derniers mois dans le monde, confirme une étude du cabinet Ersnt & Young.


La valeur et le volume des transactions (fusions & acquisitions) du secteur des mines et métaux réalisé au cours des neufs premiers mois de 2012 à l’échelle mondiale est en effet en baisse, le Canada affichant lui-même un recul de 43 % par rapport à l’exercice précédent, révèle le dernier numéro semestriel du Baromètre de la confiance des entreprises d’Ernst & Young.


Ainsi, seulement 38 % des entreprises, comparativement à 53 % en avril, se concentreront sur la croissance au cours des douze prochains mois.


Plus du quart des entreprises du secteur (27 %) réorientent leurs priorités vers des activités de base, notamment la réduction des coûts et l’efficacité opérationnelle, indique l’étude d'Ernst & Young.


L’inflation des coûts, le ralentissement de la croissance économique, l’intensification des risques géopolitiques et la volatilité des prix comptent parmi les facteurs qui ont entraîné ce changement de cap chez les sociétés minières et métallurgiques.


Plus acheteurs


L’étude laisse croire toutefois que la confiance s’améliore : 28 % des répondants s’attendent à réaliser une acquisition d’ici les douze prochains mois, comparativement à 18 % au mois d’avril dernier.


Selon Zahid Fazal, leader de l’équipe affectée au Plan Nord et du secteur des mines et métaux d’Ernst & Young au Québec, « il faut s’attendre à ce que les sociétés abandonnent la diversification pour se tourner vers des transactions synergiques, qui créent des économies d’échelle et tirent parti de faibles évaluations dans tout le secteur.»


Bref, les sociétés minières disposant de solides bilans profiteront des aubaines sur le marché, croit-il.


 


 


 


 


 

À suivre dans cette section


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.