La deuxième vague confirmée par le Dr Horacio Arruda

Publié le 21/09/2020 à 11:58, mis à jour le 21/09/2020 à 14:26

La deuxième vague confirmée par le Dr Horacio Arruda

Publié le 21/09/2020 à 11:58, mis à jour le 21/09/2020 à 14:26

(Photo: Getty Images)

Le Québec se trouve bel et bien au début de la deuxième vague a confirmé lundi en conférence de presse le Dr Horacio Arruda.

«Avec les chiffres de la journée je suis encore très, très, très préoccupé par la situation, à tel point que je considère qu'on est au début de la deuxième vague», a dit le directeur national de la santé publique.

Il a rappelé l'importance de suivre les consignes de la santé publique, même dans les zones vertes, où la situation peut «rapidement basculer». La probabilité que certaines régions, comme celle de Montréal, tombent dans le rouge, si les citoyens ne changent pas leurs comportements, serait très élevée. 

«Si on veut passer un Noël le plus calmement possible, il faut que les gens collaborent», a-t-il rappelé.

Montréal sur le qui-vive

Alors que Montréal vient de passer au palier d’alerte orange en raison de la récente augmentation des cas de COVID-19 dans la métropole, la directrice de la santé publique de la ville, Mylène Drouin, avait demandé plus tôt aujourd'hui la collaboration de la population afin de faire face à ce qu’elle qualifie de « début de deuxième vague ».

Lors d’une conférence de presse pour faire le point sur la situation, lundi matin, la Dre Drouin a notamment rappelé l’importance de respecter les règles dans le privé, aussi bien qu’en public, et de limiter les rassemblements intérieurs.

Le palier orange fait descendre de 10 à six — ou deux ménages — le nombre de personnes pouvant se rassembler dans une résidence.

La Dre Drouin a aussi précisé que les déplacements non essentiels doivent être limités de Montréal vers les autres régions et vice-versa. Elle note toutefois que les déplacements entre Montréal et les couronnes nord ou sud — qui sont toujours au palier jaune — sont permis pour se rendre au travail ou pour aller s’occuper d’un proche, par exemple.

Mme Drouin a également rappelé l’importance de collaborer avec la santé publique afin de permettre le dépistage des cas et le traçage des contacts. Elle a noté que sur 512 appels faits par la santé publique au cours de la fin de semaine, seul le tiers ont obtenu une réponse permettant de compléter l’enquête.

Quatre-vingt-dix constats

Plus de 90 constats d’infraction ont été donnés à la suite d’une vaste opération policière dans les bars et les restaurants, a rapporté lundi la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

En conférence de presse, elle a dressé un bilan positif de l’opération OSCAR (Opération systématisée comportements à risque) menée au cours du week-end par les policiers dans des milliers d’établissements.

L’objectif était de vérifier si les règles de la santé publique étaient respectées dans plus d’un millier d’établissements, et sinon, d’imposer des amendes pouvant aller jusqu’à 6000 $.

Plus de 2000 visites ont finalement été effectuées.

En plus des constats d’infraction, Mme Guilbault a affirmé que les policiers avaient distribué 1500 avertissements et avis verbaux. Elle a qualifié l’opération policière de «franc succès».

L’opération OSCAR ciblait toutes les régions du Québec, mais plus particulièrement celles se trouvant au palier jaune en raison d’une hausse des infections à la COVID-19.

Les régions visées étaient celles de Montréal, de Laval, de la Montérégie, de l’Estrie, de Québec, de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de l’Outaouais.

 

 

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.