Des outils pour raviver l'industrie forestière

Publié le 26/11/2011 à 00:00, mis à jour le 10/09/2012 à 13:55

Des outils pour raviver l'industrie forestière

Publié le 26/11/2011 à 00:00, mis à jour le 10/09/2012 à 13:55

Par Les Affaires

Au début des années 2000, l'industrie québécoise des produits forestiers a subi plusieurs perturbations : conflit du bois d'œuvre, vague de fusions et acquisitions majeures, etc. Pour survivre aux impacts de la mondialisation, les entreprises devaient se réinventer. C'est notamment pour les aider à prendre ce virage et à mieux répondre aux nouvelles exigences du marché que le Consortium de recherche FORAC a été mis sur pied.

Par Luc Lebel

Industriels, chercheurs universitaires et intervenants gouvernementaux ont alors uni leurs expertises pour améliorer la compétitivité de cette industrie.

Une industrie fort complexe. Lorsqu'une usine de sciage produit des «deux-par-quatre», par exemple, elle génère d'autres matériaux (copeaux, rabotures, etc.) avec l'excédent des arbres. On retrouve ce problème en forêt, où la coupe d'une seule essence est souvent impossible. Longtemps perçue comme un désavantage par les industriels, cette diversité peut toutefois devenir un véritable atout si les entreprises disposent d'outils pour échanger de l'information et optimiser leurs processus de fabrication et de livraison.

Nouveaux modèles

C'est là qu'intervient le consortium FORAC en proposant de nouveaux modèles d'affaires et des outils de pilotage de chaînes logistiques. Le groupe de recherche développe notamment des méthodes et des technologies d'aide à la décision pour la conception et la gestion de réseaux de création de valeur innovants. L'objectif est triple : aider les entreprises à réduire leurs délais de livraison ; convertir rapidement les demandes des clients en production ; adopter une approche de «flux tiré» plutôt que de «flux poussé».

Il est non seulement important de réunir les bons acteurs, mais aussi primordial de synchroniser la chaîne de production.

Au Québec, l'industrie des produits forestiers compte surtout des entreprises de taille moyenne dont le succès repose sur leur capacité à travailler ensemble. Pour y parvenir, elles ont besoin d'un chef d'orchestre qui tire le meilleur de chacun : c'est ce que permettent les modèles et les outils développés par FORAC. Les décideurs doivent toutefois être prêts à communiquer de l'information, ce qui suppose des changements de culture majeurs et représente parfois un important défi à surmonter.

Partage d'information

Les chercheurs de FORAC travaillent sur des problèmes concrets vécus par l'industrie. Ainsi, pour réduire les déplacements à vide, ils ont développé, en collaboration avec FPInnovations, VTM (Virtual Transportation Manager), un outil de planification du transport. Cette application Web permet aux entreprises forestières de partager de l'information sur leur flotte afin de se coordonner et maximiser les retours à charge. Avec cet outil, les entreprises réduisent donc considérablement le nombre de camions roulant sans chargement. Cette application devrait être commercialisée sous peu.

FORAC met également la touche finale à deux outils appelés à jouer un rôle important dans la mise en œuvre du nouveau régime forestier adopté par le gouvernement du Québec et dont l'entrée en vigueur est prévue pour le 1er avril 2013. Le système d'aide à la décision SilviLab permet d'effectuer, sur le mode collaboratif, les choix d'aménagements forestiers en fonction de la capacité d'un territoire. À titre d'exemple, cet outil peut simuler à quoi ressemblera une forêt dans 150 ans afin de planifier les coupes selon le volume de bois disponible.

Utilisé en parallèle, LogiLab permet de reproduire virtuellement le réseau d'une entreprise en vue de déterminer quelle matière première peut être transformée dans quelle usine et à quel moment. Avec ce logiciel, les décideurs peuvent non seulement prendre les meilleures décisions possibles pour optimiser leur réseau actuel, mais aussi déterminer par simulation le meilleur endroit pour construire une nouvelle usine.

En collaborant avec FORAC, les entreprises forestières tirent essentiellement deux grands bénéfices. Primo, elles adoptent des solutions d'avant-garde pour accroître leurs profits. Secundo, elles ont accès à un groupe de chercheurs les aidant à réaliser leur vision et à adopter les meilleures pratiques.

* Professeur titulaire à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval, Luc Lebel est directeur du Consortium de recherche FORAC.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Investir dans le bitcoin rapporte le plus... les lundis

11/12/2017 | François Remy

BLOGUE. Voilà le genre de lecture qui pourrait vous faire aimer le début de la semaine. Ou le détester encore plus...

Un dôme pour détecter les crimes de la pensée

15/09/2014 | Julien Brault

Yaser Sheikh, assistant-professeur à l'Université Carnegie Mellon, a construit avec son équipe un ...

À la une

Ottawa donne le feu vert au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain

Le premier ministre Justin Trudeau donne un autre feu vert au projet d'expansion de l'oléoduc Trans Mountain.

Gare aux faux «influenceurs»

BLOGUE INVITÉ. Un peu comme pour le dopage dans le cyclisme, certains savaient, mais peu ont agi.

Financement participatif: Hardbacon veut obtenir 1,5M$

La start-up Hardbacon lance une campagne de financement participatif pouvant lui rapporter un montant maximal de 1,5M$.