Des réseaux optiques plus performants

Publié le 08/09/2012 à 00:00, mis à jour le 11/09/2012 à 09:18

Des réseaux optiques plus performants

Publié le 08/09/2012 à 00:00, mis à jour le 11/09/2012 à 09:18

Le volume de données dans les réseaux optiques croît de manière fulgurante, et le risque de congestion guette les opérateurs de télécoms. De plus, il s'agit là d'un véritable casse-tête pour quiconque aspire à de plus grandes vitesses de communication.


À titre de chercheurs, notre défi consiste à concevoir de nouveaux réseaux optiques permettant de transmettre la plus grande quantité de données par seconde, et ce, à moindre coût. Sur le plan technologique, nous maîtrisons assez bien les techniques de transmission par fibre optique jusqu'à 10 Gb/s. C'est lorsqu'on excède cette vitesse que le défi se corse.


Bien que les systèmes à 40 Gb/s soient encore très rares au Canada, on les retrouve de plus en plus chez les grands opérateurs et les nouveaux acteurs de l'univers des télécoms (Google, iTunes, Facebook, institutions financières, etc.) qui, pour combler leurs besoins toujours plus gourmands en matière de bande passante (vidéo, données) et de nouvelles exigences de performance, déploient aujourd'hui des réseaux spécifiquement conçus pour leurs applications.


Pour rendre les réseaux à 40 Gb/s plus performants, moins coûteux et plus flexibles, mon équipe et moi avons créé, en collaboration avec Ciena (autrefois Nortel), une toute nouvelle architecture de réseau appelée « sans filtre ». Grâce à cette architecture, qui mise essentiellement sur la capacité de syntonisation des récepteurs optiques cohérents de toute dernière génération, comme dans l'univers de la radio, nous n'avons plus besoin de commutateurs complexes et coûteux. Les liaisons optiques entre les villes s'en trouvent extraordinairement simplifiées. Précisons que, dans de vastes pays comme le Canada et les États-Unis, le coût et la simplicité architecturale des réseaux sont des enjeux majeurs.


Flexibilité et économies


Grâce aux récepteurs cohérents, un réseau sans filtre ni commutateur peut ainsi évoluer en capacité et en vitesse de 10 Gb/s à plus de 40 Gb/s sans devoir passer par une réingénierie. Cette grande flexibilité représente des économies considérables pour les opérateurs fortement préoccupés par les nouvelles exigences liées au déploiement massif de la télévision et de la vidéo sur Internet.


Mais il n'y a pas que cette flexibilité accrue qui les séduit : comme cette architecture nécessite moins d'éléments à déployer sur la ligne, les coûts en technologies (commutateurs, amplificateurs), mais aussi en électricité (climatisation, espace, systèmes informatiques), s'en trouvent considérablement réduits et la fiabilité du réseau, améliorée.


Enfin, maintenant que nous avons trouvé des solutions pour concevoir des réseaux simples, flexibles et performants à 40 Gb/s, notre défi consiste à tester notre idée sur des réseaux de capacités et de dimensions encore plus grandes et à vérifier que notre solution architecturale tient vraiment la route. Nous travaillons aussi à faire migrer une architecture traditionnelle de réseau en architecture sans filtre.


Fondatrice et directrice du Laboratoire de technologies de réseaux de l’École de technologie supérieure, Christine Tremblay y est également professeure au Département de génie électrique.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Investir dans le bitcoin rapporte le plus... les lundis

11/12/2017 | François Remy

BLOGUE. Voilà le genre de lecture qui pourrait vous faire aimer le début de la semaine. Ou le détester encore plus...

Un dôme pour détecter les crimes de la pensée

15/09/2014 | Julien Brault

Yaser Sheikh, assistant-professeur à l'Université Carnegie Mellon, a construit avec son équipe un ...

À la une

Immobilier: les Chinois supplantent les Français et les Américains

20/03/2019 | Martin Jolicoeur

En forte croissance, les investisseurs chinois dépassent maintenant les Francais et les Américains à Montréal.

À la une: Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Édition du 23 Mars 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Les ventes de maisons de luxe ont grimpé à Montréal, selon Sotheby's

À Calgary, Vancouver et dans le grand Toronto, le nombre de vente a plutôt chuté.