Bourse: Wall Street lestée par les taux d'intérêt

Publié le 29/01/2018 à 09:31, mis à jour le 29/01/2018 à 16:46

Bourse: Wall Street lestée par les taux d'intérêt

Publié le 29/01/2018 à 09:31, mis à jour le 29/01/2018 à 16:46

Wall Street a terminé en baisse lundi, affaiblie par une forte tension des taux d'intérêt sur la dette américaine et par un recul des valeurs de l'énergie: le Dow Jones a perdu 0,67% et le Nasdaq 0,52%.

État de la situation

À Toronto, l’indice TSX a clôturé à 16094 points, en baisse de 144,50 points.

Le Dow Jones a perdu 177,23 points à 26.439,48 points.

Le Nasdaq a reculé de 39,27 points à 7.466,51 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,67%, ou 19,34 points, à 2.853,53 points.

Le dollar canadien a terminé à 81,07 cents US, en baisse de 0,09 cent.

Le baril de pétrole affichait 65,56 $ US, soit une baisse de 0,58 $ US.

L'once d'or à New York évoluait à 1340,30 $ US, en baisse de 11,80 $ US.

Contexte

La hausse des taux d'intérêt "est souvent négative pour les actions car si la dette américaine, qui est un actif sûr, propose des rendements élevés, cela impose une concurrence plus grande au marché des actions", a indiqué William Lynch de Hinsdale Associates.

Le rendement des bons du Trésor à 10 ans atteignait lundi un plus haut depuis avril 2014, à 2,694% contre 2,660% vendredi, soit "20 points de base (0,20 point de pourcentage, ndlr) au-dessus des anticipations des analystes" en début d'année, a commenté Sam Stovall de CFRA.

De son côté, le taux à deux ans a atteint en séance 2,157% un niveau plus observé depuis 2008.

Celui des bons à 30 ans montait quant à lui à 2,942%, contre 2,911% en fin de semaine dernière.

"Ces mouvements sont liés à une croissance en hausse dans le monde et à un début de saison des résultats favorable" aux Etats-Unis, ont commenté les analystes de Schwab.

La tension sur les taux "peut également suggérer que le marché obligataire s'attend à une hausse de l'inflation plus rapide que prévu et à une approche plus agressive de la banque centrale américaine (Fed) sur ses taux d'intérêt", en raison d'une économie qui serait "en surchauffe", a commenté M. Stovall.

Une nouvelle réunion de l'institution mardi et mercredi ne devrait toutefois pas aboutir à une nouvelle hausse des taux, la probabilité d'un statu quo étant évaluée à 95% selon les contrats à terme passés par les investisseurs.

Wall Street a par ailleurs souffert d'une baisse des valeurs du secteur de l'énergie au sein du S&P 500 (-1,55%) sous l'effet d'un recul des prix du pétrole.

Signe du sentiment d'incertitude qui a touché Wall Street lundi, l'indice qui mesure la volatilité au sein du S&P 500 est monté à un plus haut depuis août 2017.

Titres en action

Steve Hansen, de Raymond James, hausse sa cible pour le titre de Bombardier(BBD.B, 3,54$) de 3,75$ à 4,25$, dans la foulée de la victoire de la multinationale montréalaise devant la Commission du commerce international des États-Unis, dans sa cause contre Boeing(NY., BA). De son côté, Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, fait passer son cours cible de 4$ à 4,50$. Le titre de Bombardier a-t-il encore du potentiel? Répondez à notre sondage.

Keith Howlett, de Desjardins Marché des capitaux, présente ses prévisions de résultats du 1er trimestre pour Metro(MRU, 40,85$), attendus le 31 janvier. Les résultats vont être animés par plusieurs éléments inhabituels, dont le gain réalisé grâce à la vente d'actions d'Alimentation Couche-Tard, les dépenses liées à l'acquisition de Groupe Jean Coutu et les coûts découlant d'une enquête sur la fixation du prix du pain chez les épiciers. En outre, le trimestre comprend une semaine additionnelle. L’analyste anticipe un bénéfice de 0,58$ par action, légèrement supérieur à celui de 0,57$ visé par l’ensemble des analystes. M. Howlett laisse sa recommandation pour le titre de Metro à achat et sa cible à 50$.

Nick Stogdill, de Credit Suisse, fait un tour d’horizon des assureurs-vie canadiens avant le début de la publication de leurs résultats du quatrième trimestre, le 7 février. La Financière Manuvie(MFC, 26,83$) est son titre préféré du moment. Il estime qu’elle offre le meilleur rendement potentiel, grâce à la croissance de ses activités asiatiques et de gestion de patrimoine. La vente potentielle de certaines activités pourrait aussi donner un élan au titre. À 10,3 fois le bénéfice prévu en 2018, le titre est en outre moins cher que les sociétés comparables. Manuvie devrait selon l’analyste bonifier son dividende de 7% à l’annonce de ses résultats. Sa recommandation est à surperformance et sa cible à 31$.

Paul Steep, de Banque Scotia, estime que le titre du fournisseur de logiciels Open Text(OTEX, 42,13$) offre un potentiel haussier attrayant. Il croit que la société torontoise va améliorer ses marges bénéficiaires et accroître les liquidités qu’elle dégage de ses activités dans la deuxième moitié de 2018, au fur et à mesure qu’elle tirera les bénéfices d’initiatives de restructuration et des acquisitions réalisées récemment. L’analyste laisse sa recommandation à surperformance et sa cible à 42$US.

Au sud de la frontière, le titre d'Apple(AAPL, 170,70$US) est en légère baisse, tandis que le géant de Cupertino aurait informé ses fournisseurs de son intention de réduire de moitié son objectif de production de l'iPhone X au premier trimestre à une vingtaine de millions d'exemplaires, rapporte Reuters, citant le quotidien japonais Nikkei.

 


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

À la une

Pourquoi Innergex mise de plus en plus sur le stockage d'énergie aux États-Unis

Depuis mai, Innergex a signé quatre contrats d'approvisionnement d'énergie solaire à Hawaï comprenant du stockage.

L'usine de Bombardier à La Pocatière perd un contrat

Les deux parties ont indiqué, mardi, que la décision avait été prise d’un « commun accord ».

Bourse: Wall Street près de l'équilibre après plusieurs baisses

09:37 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York avait reculé lundi dans un marché paralysé par des craintes économiques.