Ag Growth peut-elle encore donner de bonnes récoltes ?


Édition du 03 Décembre 2016

Ag Growth peut-elle encore donner de bonnes récoltes ?


Édition du 03 Décembre 2016

Par Stéphane Rolland

[Photo : 123RF]

Nous étions à Chicago pour vous parler du marché des contrats à terme agricoles, un reportage publié dans notre numéro du 19 novembre. Inspiré par nos textes, un lecteur se demande quelles sont les perspectives concernant Ag Growth (AFN, 53,34 $). Voici ce qu'en pensent les analystes.

Située à Winnipeg, Ag Growth est un fabricant d'équipements utilisés dans la manutention et l'entreposage de céréales. Elle vend ses produits au Canada, aux États-Unis, en Amérique latine, en Europe et en Russie. Au cours des 12 derniers mois, l'entreprise a réalisé une série d'acquisitions (Yargus, Westeel, Mitchell, NuVision, Entringer et VIS). Toujours pendant la même période, l'action de cette petite capitalisation de 789 M$ s'est appréciée de 80 %. Récemment, le titre a connu un bond de 15 % après la publication des résultats du troisième trimestre. Les analystes ont d'ailleurs fortement rehaussé leurs cibles dans la foulée. Le rendement du dividende est de 4,5 %.

Qu'en est-il pour la suite des choses ? Selon les chiffres de Bloomberg, les analystes sont partagés entre l'optimisme et l'attentisme. Des huit qui suivent le titre, quatre émettent une recommandation d'achat, tandis que le même nombre suggère de «conserver» le titre.

Dans notre reportage réalisé à Chicago, nous écrivions que les récoltes de céréales ont fracassé des records depuis trois ans. Et bien, Ag Growth profite de cette tendance tandis que les agriculteurs doivent entreposer l'abondance des récoltes, souligne Greg Colman, de la Financière Banque Nationale. De plus, la société est en bonne posture pour vendre ses produits dans les marchés émergents où l'on tente de rattraper le retard technologique.

La série d'acquisitions qu'a effectuées l'entreprise en fait un «guichet unique» pour se procurer l'équipement d'entreposage, ajoute M. Coleman. «La société a les produits, la capacité de production et l'équipe qui lui permettraient de devenir un acteur de taille dans l'industrie», résume-t-il. Sa recommandation est à «surperformance», et sa cible, à 54 $.

Des nuances

Damir Gunja, de Valeurs mobilières TD, partage cette lecture, mais se dit prudent en raison de l'évaluation. Celle-ci se trouve dans le haut de sa fourchette historique des cinq dernières années. Le titre mérite une prime, selon lui, mais l'appréciation récente l'incite à attendre un recul pour prendre position. L'analyste suggère de conserver l'action et a une cible à 52 $.

Même s'il est dans le camp des optimistes, Peter Prattas, d'AltaCorp Capital, note que la société n'est pas sans risque. L'industrie agricole est cyclique, et la vente d'équipements dépend de la santé du secteur. De nombreux facteurs peuvent influencer les perspectives : les revenus des fermiers, les coûts de production, la valeur des terres, les politiques gouvernementales, le prix des matières premières ou la demande.

Une appréciation du dollar canadien par rapport au dollar américain et à l'euro serait aussi un vent contraire, aux yeux de M. Prattas. La majorité des revenus sont générés en dollars américains, précise-t-il. Toutefois, les dépenses en devises américaines sont «matériellement» moins élevées. Sa recommandation est «surperformance», et sa cible, à 55 $.

Jacob Bout, de Marchés mondiaux CIBC, estime de son côté que le dividende de 4,5 % est viable, malgré une situation financière serrée en 2016. L'analyste s'attend à ce que le dividende représente 106 % des flux de trésorerie disponibles en 2016. Un tel ratio indique qu'une entreprise ne génère pas suffisamment d'argent pour payer son dividende sans recourir à la dette ou puiser dans ses réserves. Ce manque à gagner s'explique par la construction d'une usine au Brésil, explique M. Bout. En 2017, la réduction des dépenses en investissement amènera ce ratio à un «confortable» 50 %. La recommandation est à «performance de secteur», et son cours cible est établi à 52 $.

Nous invitons nos lecteurs à soumettre leurs questions à propos des finances personnelles à stephane.rolland@tc.tc

Les recommandations des analystes qui suivent le titre d'Ag Growth

→ 4 Conserver

4 Acheter

Cours cible : 54,71 $

Source : Bloomberg

À la une

Bourse: Wall Street termine mitigée, le Nasdaq sur un record

Mis à jour il y a 8 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé lundi.

Le statut des feux de forêt qui menaçaient Fort McMurray est «sous contrôle»

Il y a 54 minutes | La Presse Canadienne

Alberta Wildfire indique que plus de 40 millimètres de pluie sont tombés sur l’incendie depuis le 16 mai.

Microsoft intègre l’IA générative directement dans ses PC

14:36 | AFP

Selon Microsoft, plus de 50 millions de «PC IA» seront vendus dans les douze mois à venir.