Un actionnaire de HBC dépose une poursuite pour bloquer l'offre de privatisation

Publié le 06/12/2019 à 14:57

Un actionnaire de HBC dépose une poursuite pour bloquer l'offre de privatisation

Publié le 06/12/2019 à 14:57

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Un actionnaire minoritaire de la Compagnie de la Baie d'Hudson (HBC) a déposé vendredi une action en justice pour bloquer une offre visant à racheter le détaillant pour en fermer le capital.

La firme Ortelius Advisors, établie à New York, a indiqué avoir déposé une plainte devant la Cour supérieure de justice de l'Ontario contre HBC et le groupe à l'origine de l'offre, dirigé par le directeur général de l'entreprise, Richard Baker.

La poursuite allègue que le groupe dirigé par M. Baker n'a pas agi dans l'intérêt des actionnaires et a empêché l'obtention d'un juste prix du marché pour leurs actions. Elle accuse aussi HBC d'avoir fait un certain nombre de fausses déclarations et d'omissions dans une circulaire d'information qu'elle a préparée pour les actionnaires.

Aucune des allégations n'a été prouvée devant les tribunaux. Ni HBC ni le groupe d'actionnaires à l'origine de l'offre n'ont immédiatement répondu à une demande de commentaires.

L'affaire est également devant la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario après qu'un autre actionnaire minoritaire, Catalyst Capital Group, a demandé une audience pour bloquer l'offre.

HBC a prévu une assemblée extraordinaire des actionnaires, le 17 décembre, pour voter sur la proposition de privatisation de 10,30 $ par action. La société encourage les actionnaires minoritaires à soutenir l'offre.

 

Sur le même sujet

À la une

Vers la création d'un troisième parti à Washington?

15/01/2021 | François Normand

ANALYSE — L'histoire américaine est parsemée de tiers partis ou de candidats indépendants lors des présidentielles.

Étude WOW 2020: les champions de l'expérience client en temps de pandémie

15/01/2021 | Kévin Deniau

ÉTUDE WOW 2020. Les Aliments M&M et Simons arrivent en tête de liste.

#Onestouvert, un mot-clic au secours des restaurateurs

15/01/2021 | Catherine Charron

L'expression «est venue d’un franchisé à bout de souffle qui voulait juste faire entendre qu’il était ouvert »