Stephen Poloz ne sollicitera pas un deuxième mandat

Publié le 06/12/2019 à 10:22, mis à jour le 06/12/2019 à 12:21

Stephen Poloz ne sollicitera pas un deuxième mandat

Publié le 06/12/2019 à 10:22, mis à jour le 06/12/2019 à 12:21

Par La Presse Canadienne

(Photo: Getty Images)

La Banque du Canada a annoncé vendredi que son gouverneur Stephen Poloz ne briguerait pas un second mandat à la tête de la banque centrale lorsque son mandat de sept ans expirera l’année prochaine.

M. Poloz, 64 ans, a indiqué que le poste de gouverneur de la Banque du Canada avait été son emploi de rêve.

« Mon rôle comme gouverneur a été le plus enrichissant de ma longue carrière », a-t-il affirmé dans un communiqué.

« Pendant mon mandat, la banque a créé les conditions propices à une croissance économique soutenue, à un faible taux de chômage et à une inflation proche de la cible, et ce, dans un contexte très difficile. »

Avant d’être nommé au plus haut poste de la banque centrale du Canada en 2013, M. Poloz était chef de la direction d’Exportation et développement Canada. Il a remplacé Mark Carney, qui a quitté la Banque du Canada pour devenir gouverneur de la Banque d’Angleterre.

Le mandat de M. Poloz prendra fin le 2 juin 2020.

Le conseil d’administration de la banque centrale a annoncé avoir entamé un processus de recherche pour choisir son remplaçant.

La Banque du Canada prévoit achever ce processus d’ici le printemps et, sous réserve de l’approbation du ministre fédéral des Finances et du cabinet, le remplaçant de M. Poloz sera en place pour le 3 juin 2020.

La recherche d’un nouveau gouverneur de la Banque du Canada arrive à un moment intéressant pour la banque centrale.

La banque centrale a maintenu son taux d’intérêt directeur inchangé à 1,75 %, lors d’une annonce faite plus tôt cette semaine. De nombreux économistes estiment cependant qu’elle pourrait envisager de le réduire au début de l’an prochain.

La Banque du Canada a maintenu son objectif de taux de financement à un jour pendant plus d’un an, grâce à la résilience de l’économie du pays.

Ce faisant, la banque centrale s’est distinguée de nombreuses de ses homologues internationales, qui ont assoupli leur politique monétaire et abaissé leurs taux d’intérêt en raison d’inquiétudes quant à l’affaiblissement de l’économie mondiale.

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Enfin les grands moyens pour traiter le choc du virus

BLOGUE. La Bourse salue le train de mesures qui atténuera le choc économique du virus et les dislocations financières.

Bourse: l'apport majeur des banques centrales au plus long marché haussier de l'histoire

07/02/2020 | Denis Lalonde

BALADO. Depuis quelques années, certaines banques centrales préfèrent titres boursiers aux devises étrangères.

À la une

«On a rebondi en Chine grâce à la discipline», dit un dirigeant de Savaria

27/03/2020 | François Normand

Son usine de Huizhou, au nord de Hong Kong, a rouvert et a reparti sa production, sans que personne ne soit malade.

«On ne lâche pas»

27/03/2020 | Marine Thomas

En ces temps durs, nos journalistes en télétravail sont au front pour vous offrir la meilleure information possible.

Le plan d'aide d'Ottawa bien reçu

Mis à jour le 27/03/2020 | La Presse Canadienne

Le gouvernement Trudeau ne semble pas se fixer de plafond devant l'ampleur des fonds nécessaires en ces temps de crise.