Derrière la poker face de David Baazov


Édition du 31 Janvier 2015

Derrière la poker face de David Baazov


Édition du 31 Janvier 2015

Le marché américain s'annonce difficile

Si le marché canadien ne pèse pas lourd sur l'échiquier mondial, le marché américain, pour sa part, pourrait faire exploser les revenus d'Amaya si la société parvenait à y réintroduire PokerStars. À l'heure actuelle, les jeux de hasard en ligne ne sont légaux qu'au Nevada, au Delaware et au New Jersey, et rien ne dit qu'Amaya pourra obtenir une licence dans chacun de ces États.

Au New Jersey, par exemple, seuls les casinos exploitant un établissement physique dans l'État peuvent offrir des jeux en ligne. En 2013, lorsque Rational Group avait établi un partenariat avec Resorts Casino Hotel pour répondre à cette exigence, le New Jersey avait refusé d'accorder une licence à PokerStars parce qu'Isai Scheinberg, faisant face à des accusations aux États-Unis, était toujours lié à Rational. L'acquisition de Rational par Amaya devait permettre au partenariat, qui est toujours sur la table, d'aller de l'avant. Toutefois, cinq mois après la clôture de la transaction, c'est toujours le silence radio au New Jersey.

Dans un contexte où les marges d'Amaya en Europe sont sous pression à cause de l'augmentation des taxes perçues sur le jeu en ligne, l'avocat américain spécialiste des jeux de hasard et ancien pdg de TableMax, Stephen A. Crystal, considère que la croissance d'Amaya ne peut venir que des États-Unis : «Mon expérience me dit qu'Amaya n'aurait pas acheté PokerStars à moins d'avoir établi avec les régulateurs américains une feuille de route pour réintroduire la marque aux États-Unis», dit l'homme d'affaires.

À lire aussi:
D'itinérant à roi du poker

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.