À surveiller: Shopify, Sleep Country et Bombardier

Publié le 06/05/2022 à 09:48

À surveiller: Shopify, Sleep Country et Bombardier

Publié le 06/05/2022 à 09:48

Par Catherine Charron

Shopify n’a jamais autant raté la cible depuis son premier appel public à l’épargne. (Photo: La Presse Canadienne)

Que faire avec les titres de Shopify, Sleep Country et Bombardier? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.


Shopify (SHOP, 420,02$US): elle rate la cible pour la deuxième fois de son histoire

En dévoilant des revenus inférieurs de 3% à ce qu’avaient prévu les analystes, Shopify n’a jamais autant raté la cible depuis son premier appel public à l’épargne, souligne Paul Treiber de RBC Marchés des capitaux.

À 1,2 milliard de dollars américains (G$US), ses revenus ont toutefois crû de 22% par rapport à la même période l’an dernier, tandis que l’analyste et le consensus tablaient sur 1,24 G$US. Son bénéfice par action ajusté est d’une valeur de 0,20$US, RBC misant plutôt sur 1,53$US, et le consensus sur 0,63$US.

C’est la moins bonne performance du volume brut de la marchandise — qui a crû de 16% par rapport au même moment l’an dernier — à 43,2 G$US qui a freiné sa croissance, estime Paul Treiber. Il tablait plutôt sur 45,4 G$US, et le consensus sur 46,1 G$US.

L’analyste précise que malgré tout, Shopify s’en est mieux tiré que l’ensemble du secteur du commerce en ligne aux États-Unis qui n’a avancé que de 10%. Ainsi, la société devient plus compétitive. Si l’entreprise compte bel et bien imposer un taux de plus de 5%, elle doit toutefois devenir la plateforme de commerce par défaut, précise Paul Treiber.

En plus d’avoir gagné des parts de marché, son volume brut de marchandise tiré de ventes qui ne se sont pas produites en ligne a bondi de 80% en un an, alors que les ventes tirées des réseaux sociaux et de ses partenaires ont quadruplé sur cette même période.

Le taux d’imposition a cependant avancé de 9 points de pourcentage par rapport au trimestre précédent atteignant 1,99%, ce qui est mieux que ce qu’avaient prévu tous les analystes.

Ses revenus récurrents mensuels ont bondi de 17% par rapport au premier trimestre de l’exercice précédent à 105 M$US, soit entre le 106 M$US attendu par RBC et le 104 M$US du consensus.

La valeur de l’entreprise a glissé de 37% par rapport à son niveau prépandémique, et de nombreuses inquiétudes liées aux dépenses des consommateurs et de la compétition et de ses dépenses en investissement obscurcissent le portrait. Or, l’analyste précise qu'elles proviennent davantage de la conjoncture économique que d'opérations de Shopify comme tel.

La société s’attend d’ailleurs à faire de nouveaux investissements pour attirer des commerçants à partir de la deuxième moitié de son exercice 2022, rapporte l'analyste.

D’après lui, Shopify devrait reprendre du galon à partir de la deuxième moitié de l’année 2022, et il est toujours d’avis qu’elle devrait continuer à s’approprier des parts de marchés et gagner de l’ampleur à long terme, ce pour quoi il ne change pas ses prévisions à cet égard.

Il maintient donc sa recommandation de «surperformance de secteur», mais sabre son cours cible, le faisant passer de 1000$US à 800$US, afin de mieux représenter ses inquiétudes à court terme.

 

Sleep Country (ZZZ, 27,22$): ses investisseurs peuvent dormir paisiblement

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de près de 200 points

Mis à jour à 19:05 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine en baisse, l'élan s'essouffle après une semaine faste.

À surveiller: Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF

09:48 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ukraine: la situation sur le terrain au 124e jour

Mis à jour à 17:11 | AFP

L’armée russe tentait lundi de pousser son avantage dans l'est de l'Ukraine.