À surveiller: Quincaillerie Richelieu, Guru, et Empire/IGA

Publié le 23/06/2022 à 09:53

À surveiller: Quincaillerie Richelieu, Guru, et Empire/IGA

Publié le 23/06/2022 à 09:53

Par Dominique Beauchamp

Richelieu est particulièrement bien positionnée pour conclure des acquisitions aux États-Unis pendant le ralentissement grâce à son bilan sans dettes. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres de Quincaillerie Richelieu, Guru et Empire/IGA? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

 

Quincaillerie Richelieu (RCH, 37,22$): en pleine anxiété économique, les dirigeants se font rassurants

Zachary Evershed de la Financière Banque Nationale est ressorti rassuré d’une rencontre virtuelle avec les deux plus hauts dirigeants du grossiste en quincaillerie architecturale. Leur optimisme tranche avec la morosité entourant tout ce qui gravite autour du secteur immobilier résidentiel.

«La demande pour les produits de Richelieu est robuste et ne montre aucun signe de ralentissement pour l’instant», dit-il.

Ces perspectives solides à court terme l’incitent d’ailleurs à relever ses prévisions pour le deuxième trimestre qui sera divulgué le 7 juillet. Il augmente la marge d’exploitation prévue de 100 points de pourcentage à 15,5% parce que les forts volumes de ventes et les prix de vente solides épongent mieux que prévu les coûts fixes et compensent aussi pour la rentabilité inférieure initiale des distributeurs acquis.

Au deuxième trimestre, Zachary Evershed table sur une hausse de 27,2% des revenus à 472 millions de dollars, soit 4,4% de plus que le consensus. Le bénéfice d’exploitation devrait augmenter de 20,1% à 73,2 M$, soit 7,3% de plus que le consensus. Le bénéfice par action devrait croître de 17,6% à 0,78 $ par rapport au consensus de 0,73 $.

Pour le titre toutefois, les perspectives pour le reste de 2022 et surtout 2023 importent davantage. À cet égard, les dirigeants ont aussi rassuré l’analyste qui préfère pour l’instant conserver ses estimations pour les marges de 2022, par prudence.

Même si un déclin conjoncturel des ventes, des marges et du bénéfice par action se dessine pour 2023, Zachary Evershed estime qu’au cours actuel le titre reflète un scénario trop négatif qui a peu de chances de se produire. Il rappelle que lors de la crise financière, les revenus de Richelieu ont baissé de seulement 4,5% en 2009, sans l’effet des acquisitions. Les ventes ont ensuite fortement rebondi lors des deux années subséquentes. Les dirigeants continuent de faire valoir que 75% de ses ventes proviennent de la rénovation qui s’avère plus résiliente que la construction neuve.

De plus, Richelieu est particulièrement bien positionnée pour conclure des acquisitions aux États-Unis pendant le ralentissement grâce à son bilan sans dettes. Entre 2008 et 2011, le grossiste a réalisé 12 transactions, rappelle-t-il. Le distributeur continue d’ajouter à sa gamme de produits et complète géographiquement son réseau aux États-Unis.

Richelieu n’est pas immunisée contre les ruptures d’approvisionnement bien que les délais de livraisons s’améliorent déjà. Puisque le grossiste s’assure stratégiquement d’avoir un bon éventail de produits en stock en tout temps pour protéger ses ventes et se distinguer d’autres fournisseurs, cela gonfle ses inventaires à court terme qu’il doit financer, explique l’analyste.

Richelieu vise des marges d’exploitation «durables» de 14 à 15% une fois que la conjoncture redeviendra à la normale après les distorsions pandémiques, bien entendu si les revenus et les prix de vente restent favorables. Cela se compare aux objectifs antérieurs de 13,5 à 14%. Par contre, les marges actuelles de 15 à 16% sont supérieures.

Après ce tour de piste, Zachary Evershed renouvelle sa recommandation d’achat et son cours cible de 54,50 $. La société mérite une évaluation de 24 fois les bénéfices attendus en 2023, selon lui. Ce multiple incorpore une plus-value (un multiple de 4 fois) pour la stratégie d’acquisitions qui peut ajouter 150 M$ aux revenus annuels.

L’action de Richelieu a perdu 19,5% depuis le début de 2022 et 31% par rapport au sommet annuel de 51,52 $ atteint en février.

 

Guru (GURU, 9,19 $): une rencontre avec les dirigeants renforce la thèse d’un analyste

Sur le même sujet

À surveiller: Coveo, Guru, et Empire/IGA

Que faire avec les titres de Coveo, Guru et Empire/IGA? Voici quelques recommandations d’analystes.

À surveiller: Empire, Canadian Tire et NFI Group

14/03/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Empire, Canadian Tire et NFI Group? Voici quelques recommandations d’analystes.

À la une

Bourse: Wall Street termine en hausse, encouragée par la détermination de la Fed

Mis à jour il y a 52 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse avec la faiblesse du pétrole et des métaux.

À surveiller: Sun Life, AutoCanada, et Meta

Que faire avec les titres de Sun Life, AutoCanada et Meta Platforms? Voici quelques recommandations d’analystes.

Titres en action: TotalEnergies, Amazon

Mis à jour à 10:11 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.