À surveiller: Dollarama, Telus et AirBoss

Publié le 01/04/2021 à 09:11

À surveiller: Dollarama, Telus et AirBoss

Publié le 01/04/2021 à 09:11

Par Dominique Beauchamp
Dollarama

(Photo: La Presse Canadienne)

Que faire avec les titres de Dollarama, Telus et AirBoss? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Dollarama (DOL, 55,52 $): le retour à la normale augure bien

Bien que les restrictions sanitaires perturberont encore les ventes au détail et que le retour à la normale de la consommation déformera plusieurs repères de performance lors des deuxièmes et troisième trimestres de 2021, Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, réitère sa confiance dans les perspectives du détaillant.

Ainsi, l’analyste voit la croissance des ventes passer de 6,3% en 2021, à 11,1% en 2022 puis à 8,4% en 2023. Celle des bénéfices évoluera de 2% en 2021, à 29,2% en 2022, puis à 18,2% en 2023.

En prenant plus de recul, l’analyste entrevoit un retour de l’ancienne Dollarama en quelque sorte: une hausse des ventes par magasins comparables en tête de l’industrie, le maintien de solides marges grâce à l’assortiment des marchandises et à la gestion judicieuse des catégories de prix, la reprise du rachat annuel d’environ 5% des actions et une progression annuelle de plus de 10% de ses bénéfices.

Le détaillant signale d’ailleurs sa confiance en relevant de 1700 à 2000 le nombre de magasins qu’il compte exploiter au Canada, ce qui prolonge de 2027 à 2031 son parcours de croissance, ajoute-t-elle.

L’analyse du marché par un tiers indique la démographie, les habitudes d’achat, l’état de la concurrence et la valeur de proximité de ses magasins justifient cette expansion. Les propriétaires immobiliers ont aussi de bons locaux à offrir.

Au rythme de 65 magasins par année, ce nouvel objectif représente une croissance annuelle de 4 à 5% du nombre d’établissements. L’analyste de RBC rappelle aussi qu’il en coûte 800 000$ pour aménager un nouveau magasin, incluant les stocks. Dollarama récupère ces coûts en 24 mois.

Irene Nattel estime que Dollarama saura manœuvrer l’effet sur ses marges de la hausse des coûts d’approvisionnement en rafraîchissant 25 à 30% son assortiment de produits, annuellement. La part croissante des produits dans le haut de sa fourchette des prix en proportion des ventes devrait aussi soutenir les marges.

L’inflation pourrait inciter le marchand à commencer à offrir des articles à des prix de 4,50 à 5$ l'unité, mais une telle décision n’est pas «imminente». Irene Nattel croit toutefois que la hausse généralisée des coûts d'approvisionnement, de transport et de logistique pourrait devancer cette possibilité à 2022.

En Amérine latine, Dollarcity compte aussi faire passer le nombre de ses magasins de 264 à 600 d’ici 2029. Cette filiale à 50% vient d’ailleurs d’ouvrir ses deux premiers établissements à Lima, au Pérou, une ville qui compte une population similaire à celle de Bogota en Colombie qui exploite 30 magasins. Le Pérou est le quatrième marché après ceux de la Colombie, du Guatemala et d’El Salvador.

«La percée au Pérou» pourrait inciter Dollarcity à relever aussi ses propres plans d’expansion à plus long terme, peut-être dès la fin de 2022, entrevoit Irene Nattel.

L’analyste hausse son cours cible de 2$ à 68$ par action, soit un multiple de 24 fois les bénéfices de 2024, plus 3$ par action attribuée à Dollarcity.

Cette évaluation supérieure se justifie par la croissance des ventes, des bénéfices et des flux de trésorerie excédentaires en tête de l’industrie ainsi que par la trajectoire visible d’expansion jusqu’en 2031.

Telus (T, 25,14$): l’union de Rogers et Shaw devance ses plans

Sur le même sujet

À surveiller: BCE, AutoCanada et Toromont

Que faire avec les titres de BCE, AutoCanada et Toromont? Voici quelques recommandations d'analystes.

L'union Rogers-Shaw pourrait avoir un effet domino

BLOGUE. Québecor et Cogeco pourraient profiter des conditions que le Bureau de la concurrence pourrait imposer au duo.

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.