À surveiller: Dollarama, Microsoft et Gap

Publié le 21/11/2023 à 09:40

À surveiller: Dollarama, Microsoft et Gap

Publié le 21/11/2023 à 09:40

Par Catherine Charron

Gap (GPS, 13$US): elle n’est pas sortie du bois

La spécialiste du prêt-à-porter Gap s’en est bien tirée le trimestre dernier, reconnait Lorraine Hutchinson de Bank of America, mais l’entreprise n’est toujours pas sortie du bois.

Grâce à ses ventes et sa marge brute plus importantes, la société a généré un bénéfice par action ajusté 0,59 dollar américain ($US), dépassant le 0,19$US sur lequel misait l’analyste.

Même si cette performance est «encourageante», Lorraine Hutchinson demeure sur ses gardes. Une part importante de ses revenus sont tirés du crédit, et une nouvelle loi du Consumer Financial Protection Bureau pour diminuer les frais de retard pourrait la pénaliser. L’entreprise ne précise plus quelle part de ses revenus provient du crédit, mais en 2017, il avait généré 27% de son bénéfice avant intérêt et impôt, rappelle l'analyste.

De plus, les ventes de sa bannière Athleta ont été décevantes, étant encore affectées par des soucis liés à un «déséquilibre de ses stocks» de l’an dernier, rapporte Lorraine Hutchinson. Ses ventes devraient encore glisser de 15% au quatrième trimestre, croit-elle, ce qui représenterait une baisse de 4% en tout en 2024.

L'analyste ajoute qu'au dernier trimestre, les ventes de Gap ont glissé de 6,7%, atteignant 3,8 milliards de dollars américains (G$US).

Afin de mieux représenter la performance du troisième trimestre, et ce qu’elle laisse présager, Lorraine Hutchinson révise ses cibles, augmentant celles de l’exercice en cours, mais réduisant celles des deux suivants. D’après elle, Gap devrait respectivement générer en 2024, 2025 et 2026 des revenus de 14,739 G$US, 14,313 G$US et 14,538 G$US, plutôt que 14,682 G$US, 14,398 G$US et 14,662 G$US.

Ainsi, au cours de ces mêmes périodes, elle mise dorénavant sur un bénéfice par action de 1,11 $US, de 1 $US et de 0,95$US, et non plus de 0,72 $US, 0,94 $US et 1,12 $US.

Lorraine Hutchinson fait passer son cours cible de 9 $US à 13 $US. Elle a bonifié son multiple d’évaluation de la valeur de l’entreprise de 4x à 5x le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement de 2024, comme ses pairs.

Certes, l’entreprise est encore grandement exposée aux consommateurs à faibles revenus, et ses «dépenses de transports sont surdimensionnées», reconnait l’analyste, mais l’entreprise semble démontrer des signes de reprise.

 

Sur le même sujet

Dollarama offre 2,5 M$ pour régler une action collective liée aux écofrais

Mis à jour le 21/02/2024 | La Presse Canadienne

Une audience devant la Cour supérieure du Québec se tiendra le 9 avril au palais de justice de Montréal.

Faut-il s'inquiéter du récent recul du titre de Dollarama?

22/12/2023 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Les résultats du 3e trimestre dévoilés la semaine dernière ont eu un effet négatif sur le titre.

À la une

Immobilier résidentiel: Chiara plaide pour de l’aide gouvernementale aux promoteurs

Mis à jour il y a 52 minutes | Charles Poulin

Financer une partie du taux d'intérêt pourrait convaincre les promoteurs de relancer la construction.

L’économie et l’électricité plombent les résultats de Montréal International

Mis à jour à 15:27 | Dominique Talbot

Selon le PDG, le ralentissement économique à l’échelle internationale a eu des impacts importants sur les résultats.

Montréal International rapporte une baisse de 23% des investissements internationaux

Mis à jour à 15:00 | La Presse Canadienne

L'organisme Montréal International a accompagné 87 projets pour un total de 2,74 milliards de dollars en 2023.