Pourquoi est-il si dur de se projeter dans le futur?

Publié le 20/03/2013 à 06:09, mis à jour le 20/03/2013 à 06:17

Pourquoi est-il si dur de se projeter dans le futur?

Publié le 20/03/2013 à 06:09, mis à jour le 20/03/2013 à 06:17

Cela étant, l'important n'est pas là. Il réside dans les prévisions faites par les participants à leur sujet…

> Durant l'expérience, seulement un tiers des participants ont réellement fait une habitude d'aller au gym, alors qu'au départ ils avaient été 90% à déclarer qu'ils en feraient une habitude.

> Passé l'expérience, les pronostics ont nettement plus collés à la réalité, sans être pour autant parfaits.

C'est bien simple, les participants se sont révélés überoptimistes à leur égard, c'est-à-dire qu'ils avaient une image d'eux et de leurs résolutions qui ne correspondaient pas du tout à la réalité. Oui, ils avaient une image distordue – embellie, si vous préférez – d'eux-mêmes. Ce qui les a poussé à faire de mauvais pronostics sur ce qu'ils se voyaient faire dans un avenir rapproché.

Maintenant, d'où provient une telle distorsion? MM. Acland et Levy ont tenu à le découvrir, et ont mis au point pour cela un modèle de calcul économétrique visant à déterminer ce qui pouvait influencer la résolution d'une personne dans une telle situation. Ce modèle tenait compte de nombreuses variables définies à partir des questionnaires remplis par les participants : démographie (sexe, couleur de peau,…); économie (revenu personnel, temps de transport jusqu'au gym,…); personnalité (tendance à la procrastination, spontanéité,…); etc.

Une fois concocté, le modèle a été inséré dans un ordinateur, histoire de simuler différents cas de figure, et de la sorte mettre en évidence les éventuelles variables capables d'influencer le jugement d'un participant à son égard. Cela a permis de faire une belle trouvaille…

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...