Olivier Schmouker - Comme une femme dans un vestiaire d'hommes

Publié le 30/05/2011 à 09:18, mis à jour le 30/05/2011 à 11:30

Olivier Schmouker - Comme une femme dans un vestiaire d'hommes

Publié le 30/05/2011 à 09:18, mis à jour le 30/05/2011 à 11:30

Et elle a fait sa place, en n’acceptant pas de se laisser marcher sur les pieds. Par exemple, quand un homme lui a dit qu’il admirait les femmes parce qu’elles sont capables, elles, de faire du multi-tâches («Elles peuvent nourrir le bébé tout en préparant le repas et en parlant au téléphone»), son sang n’a fait qu’un tour : «Oui, les femmes peuvent faire plein de choses à la fois, c’est vrai. Mais certainement pas que ce cliché du bébé, de la bouffe et du blah-blah!», lui a-t-elle rétorqué, en le regardant comme un arriéré.

On le voit bien, la vie des femmes au travail n’a rien de simple. Les bâtons fusent de toutes parts dans leurs roues. Comment faire pour progresser malgré tout? Les deux femmes se rejoignent sur plusieurs points pour répondre à cette interrogation, mais un de ceux-ci a attiré mon attention : l’idée d’agir comme un outsider.

Un outsider? Oui, car cela peut permettre de manœuvrer en territoire hostile, l’air de rien, sans trop éveiller les soupçons des prédateurs, du moins au départ. «Agir de la sorte me paraît logique, pour une femme évoluant dans un milieu professionnel très masculin, considère Mme Spencer. Quand j’ai commencé à travailler dans le secteur de la distribution de la viande, je me suis mise à poser des questions. Tout le temps, à tout le monde. Je questionnais tout, comme un petit enfant qui découvre quelque chose de terriblement excitant. J’ai ainsi obtenu des réponses très enrichissantes. Les hommes ont pris le temps de me répondre. Et ce, jusqu’à ce que je me sois sentie assez à l’aise pour prendre des décisions éclairées.»

Asticieux, non? Pensez-vous que ce soit applicable dans votre cas? Et vous, messieurs, pensez-vous saisir un peu mieux la réalité du quotidien de vos collègues féminines? Souvenez-vous, en tous cas, de ce que disait l’écrivain français Sébastien Roch Nicolas, dit Chamfort, déjà à la fin du 18e siècle : «Quelque mal qu’un homme puisse penser des femmes, il n’y a pas de femme qui n’en pense encore plus mal que lui»…

Découvrez mes précédents posts

Et beaucoup d’autres articles management sur Facebook

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Et vous, quel conseil donneriez-vous au jeune vous-même?

15/08/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une interrogation existentielle qui, mine de rien, est lourde de conséquences, selon une étude...

Employeurs, corrigez le tir, vite!

13/08/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Vous souffrez de la pénurie de main-d'oeuvre? Non, en vérité, vous souffrez d'un tout autre mal...

Blogues similaires

Voici la première Québécoise certifiée pour enseigner Brené Brown

08/08/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Après 50M vues de son TED Talk sur la vulnérabilité, Brené Brown se lance dans la coaching d'entreprise.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...