Et si vous faisiez davantage confiance aux autres...

Publié le 06/10/2015 à 06:09

Et si vous faisiez davantage confiance aux autres...

Publié le 06/10/2015 à 06:09

Autrement dit, se montrer a priori méfiant amène l'autre à sous-performer ; en revanche, se montrer confiant, voire excessivement confiant, ne résulte pas par le moindre impact négatif. Contrairement à ce que nous aurions pu croire. Contrairement, en fait, à ce que nous croyons tous. En effet, il est faux de croire que si on lâche la bride aux autres, ils vont systématiquement en profiter pour nous planter un couteau dans le dos. Bien au contraire, ils vont profiter de la confiance qui leur est accordée d'emblée, et donc de la liberté qui leur est donnée, pour prendre des initiatives, dans l'idée d'apporter un plus à l'entreprise dans laquelle ils évoluent.

Oui, ils vont chercher à en faire plus. Alors, bien sûr, toutes ces initiatives ne se traduiront pas toujours par un succès. Il y aura dans le lot des échecs, forcément. Des échecs plus ou moins graves. Mais - il convient de le souligner -, tout cela n'aura globalement aucun impact négatif, comme l'a mis au jour le travail de Mme Kulchina.

Par conséquent, on a tout à gagner à faire confiance aux autres. Mieux, à se montrer überconfiant à leur égard. Et tout à perdre à se méfier d'eux. Quant à ceux qui ont en tête des exemples de managers qui ont lâchement profité de la grande confiance qui leur était accordée, j'aimerais juste leur indiquer que cela n'est certes pas agréable à vivre pour ceux qui sont directement en contact avec de tels individus, mais que les conséquences globales de leurs mauvais agissements n'ont, au fond, que peu d'impacts sur la performance de l'entreprise - et, soyons positifs, disons-nous bien que, tôt ou tard, ils finissent par se faire prendre la main dans le sac, et à en payer le prix fort.

Que retenir de tout cela? Ceci, à mon avis :

> Qui entend voir son équipe ou son entreprise performer comme jamais se doit d'accorder la plus grande confiance qui soit envers chacun. Parce que cela évitera les frustrations et autres désappointements dus à la méfiance affichée du leader, et les sous-performances qui s'ensuivent. Et surtout parce que cela donnera du baume au coeur de chacun, avec à la clé une envie folle d'exprimer tous ses talents au travail.

En passant, le navigateur français Éric Tabarly a dit dans ses Mémoires du large : «La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n'aboutit».

Découvrez mes précédents billets

Mon groupe Facebook

Mon compte Twitter

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Travail des jeunes: Boulet veut «la législation la plus moderne»

Le ministre a rappelé qu’il existe des règles et des normes touchant le travail des jeunes.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...