Et si vous écoutiez le singe en vous?

Publié le 17/10/2012 à 06:09, mis à jour le 17/10/2012 à 06:10

Et si vous écoutiez le singe en vous?

Publié le 17/10/2012 à 06:09, mis à jour le 17/10/2012 à 06:10

Le singe n'est pas qu'agressif, il est aussi empathique. Photo: DR.

BLOGUE. Le week-end dernier, je suis allé au zoo de Granby et j'y ai ressenti, à l'occasion d'un long échange visuel avec l'un des gorilles, la même émotion que la reine Victoria après une visite au zoo de Londres, en 1842 : «L'orang-outan est horriblement, douloureusement et désagréablement humain», s'était-elle exclamée. Moi aussi, j'ai été frappé par l'humanité qui se dégageait de ce regard pourtant étranger. Oui, frappé et perturbé par une telle similitude.

Découvrez mes précédents posts

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

Mais ce que je n'imaginais pas alors, c'était à quel point cette impression était juste. Les singes sont, dans leur comportement, si proches de nous que c'en est ébouriffant. C'est du moins ce que j'ai découvert hier sur Youtube, grâce à un simple vidéo [voir ci-dessous] d'une expérience «économique» menée sur des capucins, une expérience hilarante présentée par Frans de Waal.

Frans de Wall? Ce néerlandais est l'un des éthologues les plus célèbres du monde, connu surtout pour ses livres de vulgarisation sur les singes (La Politique du chimpanzé, De la réconciliation chez les primates, etc.). Il a notamment établi une grande différence comportementale entre les chimpanzés – bagarreurs, capables de coalitions pour imposer un chef au groupe – et les bonobos – pacifiques, les femelles réglant les conflits entre mâles en s'offrant à une relation sexuelle, ce dont les ces singes sont insatiables. Et il en est arrivé à la conclusion que les êtres humains tenaient tous de ces deux singes : à la fois bagarreurs et pacifistes, ils en sont venus à l'idée que mieux valait faire l'amour que la guerre.

Dans l'expérience "économique" de M. De Wall, deux capucins qui se connaissent se trouvent dans des cages voisines. Dans un premier temps, chacun est récompensé d'un morceau de concombre pour avoir accompli une tâche simple (prendre un caillou et le rendre). Jusque-là, tout va bien, la paye est équitable. Dans un second temps, l'un est honteusement privilégié, en étant récompensé, toujours pour la même tâche, non pas par du concombre, mais par un raisin juteux et sucré. À votre avis, que se passe-t-il aussitôt?

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...