À quoi bon crier au loup?

Publié le 16/09/2013 à 06:09, mis à jour le 16/09/2013 à 06:07

À quoi bon crier au loup?

Publié le 16/09/2013 à 06:09, mis à jour le 16/09/2013 à 06:07

Une savante opération de manipulation... Photo: DR

BLOGUE. Dans 1984 de George Orwell, le parti au pouvoir abreuve le peuple d'informations sur la guerre qu'il mène contre "les ennemis". Pour deux raisons : souder tout le monde derrière le leader et faire taire toute remise en question du pouvoir en place. Bref, Big Brother n'a de cesse de crier au loup pour asseoir son emprise sur tout un chacun.

Découvrez mes précédents billets

Rejoignez-moi sur Facebook et sur Twitter

Petite question : sont-ce toujours les leaders qui crient au loup? Et si oui, dans quel but? Pat Barclay, professeur de neuroscience et de science cognitive à l'Université de Guelph (Canada), et Stephen Benard, professeur de sociologie à l'Université d'Indiana (États-Unis), ont tenu à le savoir. Et ce que révèle leur étude Who cries wolf, and when? Manipulation of perceived threats to preserve rank in cooperative groups est vraiment fascinant…

Ainsi, les deux chercheurs ont procédé à trois expériences, dont la première a permis de mettre au jour les principales trouvailles. La voici en détails.

Il a été demandé à 66 volontaires de participer à un petit jeu stratégique dénommé le "jeu des biens communs". Ce jeu se jouait à trois joueurs. Le but était simple : être le plus riche après vingt parties.

Au début du jeu, l'un des joueurs recevait 80 dollars – et devenait le "leader" – tandis que les deux autres avaient 50 dollars chacun, la répartition se faisant par tirage au sort. Tous devaient choisir combien ils mettaient dans le pot commun, sachant que la somme des trois mises serait multipliée par 1,5 et que la somme finale serait équitablement répartie entre les trois. L'intérêt de chacun est, on le voit bien, de mettre moins que les autres au pot pour récolter, au final, tout autant que les autres.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...