À quoi bon crier au loup?

Publié le 16/09/2013 à 06:09, mis à jour le 16/09/2013 à 06:07

À quoi bon crier au loup?

Publié le 16/09/2013 à 06:09, mis à jour le 16/09/2013 à 06:07

Pour pimenter le jeu, une règle particulière a été ajoutée. Au début de chaque partie, un ordinateur déterminait un pourcentage d'échec, c'est-à-dire le niveau de risque que personne ne gagne quoi que ce soit et perde même sa mise durant cette partie-là. Ce pourcentage était secret, car chaque joueur pouvait manipuler l'information.

Le principe était simple : un joueur pouvait modifier l'annonce du risque d'échec dans le sens qu'il désirait (en "plus" ou en "moins", sachant que la variation était de 0,5 point de pourcentage pour chaque dollar dépensé pour ça). L'ordinateur affichait alors à l'écran le pourcentage truqué, sans qu'on puisse savoir s'il a été modifié, ou pas.

L'intérêt de manipuler l'information? Prenons un exemple… En faisant croire aux autres que le risque d'échec est faible, un joueur peut inciter les autres à miser beaucoup d'argent pendant que lui en mise peu, si bien qu'au final, eux vont perdre une belle somme, et lui, presque rien.

Ce n'est pas tout. Les deux chercheurs ont ajouté autre règle. Il était possible, à chaque partie, de devenir le leader, et donc d'empocher au départ les 80 dollars au lieu des 50 dollars. Comment? À l'issue d'une partie où chacun a empoché de l'argent, on regardait si le montant d'argent des deux joueurs était supérieur à l'argent du leader. Si tel était le cas, le joueur qui était le plus riche des deux devenait le leader de la partie suivante. Sinon, c'était le statu quo.

Résultats? Voici les principaux :

> Surtout le leader. Le leader a plus tendance à manipuler l'information que les autres.

> Une nuisance. La manipulation nuit à l'esprit de coopération du groupe et exacerbe l'esprit de compétition. Du coup, elle nuit à l'enrichissement global du groupe.

> Une plus grande autorité. La manipulation permet de mieux asseoir son autorité, car elle décourage les autres de tenter de prendre la place du leader.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Rentrée scolaire: la sécurité des milieux de travail inquiète plusieurs syndicats

Des syndicats déplorent qu’après 22 mois de pandémie, beaucoup d’incertitudes demeurent quant à la ventilation.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...