L'égo est l'ennemi

Publié le 22/09/2022 à 12:00

L'égo est l'ennemi

Publié le 22/09/2022 à 12:00

La ligne entre une estime de soi saine et un excès de confiance est mince comme un rasoir. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Si vous voulez réussir en tant qu’entrepreneur, il est important d'apprendre de vos erreurs, mais il est tout aussi important de comprendre pourquoi vous avez commis ces erreurs.  

Dans son excellent livre « Ego Is the Enemy », Ryan Holiday décrit combien de grandes réalisations à travers l'histoire ont été réalisées par des individus qui étaient non seulement disposés à s'adapter et à apprendre de leurs erreurs, mais aussi conscients des obstacles auxquels ils étaient confrontés et bien conscients que leur égo risquait de se mettre en travers de leur succès.

Qui n’a pas entendu parler de l’histoire d’Adam Neumann de WeWork ou d’Elizabeth Holmes de Theranos qui sont devenus des milliardaires avec des égos démesurés.

Leurs histoires ont marqué l’imaginaire parce que nous aimons les gens avec du courage, de la persévérance et une estime de soi inflexible. Cependant, ces histoires nous avertissent également qu'un excès de confiance deviendra rapidement de l’égo et qu’il peut ruiner le travail de notre vie et aller jusqu’à nous mettre derrière les barreaux.

La ligne entre une estime de soi saine et un excès de confiance est mince comme un rasoir.

Voici les quatre signes montrant que vous avez peut-être dépassé la limite!

 

1. Vous êtes adepte du projecteur!

Vous faites partie de ses gens qui regardent chaque deux minutes combien de « like » ils ont après avoir fait une publication sur LinkedIn ou Facebook? Vous cherchez sans cesse à vous mettre en avant ou de prouver quelque chose aux autres? C’est probablement un signe que votre égo est trop présent et vous devriez vous en méfier.

Lorsque nous laissons notre égo nous gêner, nous prenons de mauvaises décisions, ratons des opportunités et créons des problèmes inutiles. Nous avons tous un égo, mais il est important de le contrôler. La prochaine fois que vous êtes sur le point de prendre une décision, demandez-vous si votre égo vous motive. Est-ce important ce que les autres pensent ? Est-ce que j'essaye de prouver quelque chose ?

Pour ma part, dans ma première aventure, Piranha, j’étais un gros « one-man-show ». J’adorais la visibilité et prenais la plupart de mes décisions basées sur cela. Ça m’a peut-être valu plusieurs reconnaissances, mais c’est aussi ce qui a causé ma perte. L’entreprise a fini par s’écrouler, car pendant que je regardais mon nombril, une personne détournait des fonds.

 

2. Est-ce que vous déformez la réalité?

L’égo nous amène souvent à déformer la réalité. Combien de fondateurs gonflent leur résultat, le nombre d’employés qu’ils ont vraiment, leur performance dans le but d’obtenir de l’attention?

Souvent, lorsque les choses ne se passent pas selon notre plan, nous apprenons à déformer la vérité. Nous racontons à nos investisseurs, clients et employés une histoire convaincante de nos retards.

Elizabeth Holmes était la reine de la déformation de la vérité et des excuses bidons!  Elle a dissimulé des problèmes avec son appareil de test sanguin à des niveaux sans précédent. Elle a su convaincre même les investisseurs et les clients les plus sophistiqués. Et ça a marché ! Pendant un certain temps. Jusqu'à ce qu'elles soient condamnées pour fraude.

Ainsi, plus vous distribuez d'excuses, plus vous risquez d'abuser de votre confiance en vous-même.

Pour ma part, après chaque excuse, j'ai appris à me demander : «est-ce que je surestime mes capacités ?» Si la réponse est oui, je me rends compte que je suis trop confiant et que l’égo prend le dessus.

 

3. Vous dénigrez vos concurrents

Parler de vos concurrents n'est pas intelligent.

Votre concurrent n'est pas très différent de vous. Il se bat pour obtenir sa part de marché, pour développer d'excellents produits et publier des vidéos incroyables pour impressionner tout le monde sur les réseaux sociaux. Probablement comme vous!

Dans le passé, j’ai souvent été obsédé par mes concurrents. Dernièrement, dans l’une des entreprises dans laquelle je suis partenaire, nous parlions de la moins bonne qualité du produit d’un de nos concurrents. Mais, pendant que nous les dénigrions, l'entreprise gagnait tranquillement sa part de marché. Il avait construit un réseau de distribution très efficace et misé sur un puissant appareil de marketing. Il avait peut-être un produit plus faible, mais il avait plus de succès en tant qu'entreprise.

Les concurrents sont souvent plus intelligents que vous ne le pensez. Il n'est pas intelligent de les rabaisser, de les traiter de stupides ou de prétendre que vous êtes plus brillant.

Laissez votre égo de côté et si une entreprise concurrente semble plus performante que la vôtre, mettez toute votre énergie pour apprendre comment elle le fait plutôt que de perdre votre temps à trouver des explications voulant qu’elle soit « méchante »!

 

4. «Qui es-tu pour me dire que je me trompe?»

La principale chose que les fondateurs avec un égo démesuré ont en commun est un manque absolu de capacités d'écoute.

Et par écoute, je veux dire la capacité de traiter les informations que vous entendez et de tirer des conclusions rationnelles et impartiales. Un fondateur avisé qui entend : «Vous vous trompez» de la part de son employé avalera son égo et appréciera les commentaires. Un fondateur trop confiant ignorera la remarque ou (pire) licenciera l'employé.

Les fondateurs narcissiques ignorent les critiques parce qu'ils se cachent dans leurs bulles d'égo.

Elizabeth Holmes était connue pour ses représailles féroces envers toute critique. Elle a licencié son directeur financier en un instant après avoir entendu ses inquiétudes selon lesquelles la société trompait les investisseurs avec des résultats falsifiés. «Vous n'êtes pas un joueur d'équipe» ont été ses derniers mots.

Dieu nous a donné deux oreilles et une bouche. Les fondateurs avec un niveau de confiance sain écoutent et parlent selon cette proportion anatomique divine.

 

Trouver l'équilibre

Soyons sincères, même si l’égo est l’ennemi, une bonne dose de confiance en soi est nécessaire pour prendre les risques de la gestion d’une nouvelle entreprise et surmonter les hauts et le bas de l’entrepreneuriat!

Il est toutefois essentiel que votre confiance ne vous aveugle pas sur les obstacles auxquels vous êtes confrontés. Nous avons tous besoin d'assez d'humilité pour savoir quand les choses ne vont pas bien.

Voici quelques trucs pour combattre votre égo :

  • Demandez de l'aide, quitte à admettre votre faiblesse.
  • Remplacez les excuses habituelles par l'honnêteté et la transparence.
  • Apprenez des concurrents même si vous les considérez comme des «méchants».
  • Ne devenez pas agressif si quelqu'un conteste vos décisions.
  • Acceptez le principe selon lequel chaque critique est une chance de vous améliorer plutôt qu'une attaque contre votre égo.

À propos de ce blogue

L’innovation et l’entrepreneuriat sont deux sujets qui me touchent particulièrement. Depuis mon plus jeune âge, mon TDA/H m'a toujours donné l’impression d’être différent. Ce surplus d’énergie constant est devenu un véritable incubateur à idées. Je partagerai donc avec vous mes réflexions et des histoires inspirantes qui touchent l’innovation, mais aussi la santé mentale des entrepreneurs. Parfois provocant, je m’assurerai de vous sortir de votre zone de confort.

Dominic Gagnon

Sur le même sujet

Pas de fermetures d'entreprises dans la transition écologique, assure GND

Mis à jour le 23/09/2022 | La Presse Canadienne

Le plan de Québec solidaire propose de requalifier les travailleurs des domaines en «décroissance».

Initiative de 500 M$ pour les femmes lancée par la BDC

21/09/2022 | Emmanuel Martinez

L’organisme fédéral estime qu’il s’agit de la «plus importante plateforme d’investissement du genre au monde».

Blogues similaires

Innover: un jeu d’enfant!

20/09/2022 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Innover n’est pas si complexe. Pourquoi en avons-nous souvent peur?

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

Noël aux couleurs de notre culture

21/12/2021 | Mélanie Paul

BLOGUE INVITÉ. Offrir un cadeau fait par des Autochtones est un bon moyen de tisser des liens avec les Premières Nations