Les vieux ratoureux qui profitent du système

Publié le 25/11/2014 à 14:19

Les vieux ratoureux qui profitent du système

Publié le 25/11/2014 à 14:19

Par exemple, vous pourriez être un entrepreneur retraité qui ne s’est jamais versé de salaire (donc qui n’a jamais contribué à la Régie des rentes), qui a accumulé des actifs importants dans des comptes hors-REER (ou mieux, dans le CÉLI) et vivre grassement en puisant dedans tout en réclamant le SRG pour payer l’abonnement au club de golf. L’exemple est gros, mais à plusieurs occasions, des planificateurs financiers m’ont candidement raconté comment ils parvenaient à «maximiser» la situation de certains de leurs bons clients pour qu’ils touchent le SRG.


Car si on dit que le SRG est l’aide sociale des retraités, il ne s’en distingue pas moins sur un point important: les critères d'éligibilité.


Avant de vous verser de l’aide sociale, Québec va s’assurer que vous ayez épuisé pratiquement toutes vos ressources. Pas de chèque pour vous si vous détenez un bien immobilier de 90 000 dollars ou plus (ça existe encore des biens immobiliers qui valent moins? En tout cas, pas dans la région de Montréal où la moitié de la population de la province est concentrée).  Pas de chèque non plus si vous détenez l’équivalent de 887 $ en liquidités. Bref, on fera en sorte que vous ayez bien le cul sur la paille avant de vous émettre un chèque.


(Précision: Emploi Québec m'a appelé pour préciser un élément qui n'apparait pas sur leur site Internet. Il y a un moratoire temporaire sur l'exclusion des biens immobiliers en raison de la hausse des prix du marché.)


Ce n’est pas le cas du SRG qui est versé uniquement en fonction du revenu déclaré. L’ironie dans tout ça, c’est que de plus en plus de retraités en moyen pourront aspirer au SRG pour arrondir leur fin de mois. Grâce au CÉLI, dont la capacité ne cesse d'augmenter, de vieux ratoureux pourront dans quelques années vivre sur les rendements de leurs placements sans avoir à les déclarer: les gains à l’intérieur du CÉLI ne sont pas imposables ! Par ici le SRG.


On se retrouve donc dans une situation où, comme on le voit trop souvent, les plus riches parviennent à s’enrichir grâce à des expertises qu’ils peuvent s’offrir, alors que de l’autre côté, les moins nantis s’appauvrissent parce qu’ils sont trop mal informés.


Vivement un conseiller financier pour chaque citoyen! Ou du moins, changez les règles du SRG.


Suivez-moi sur Twitter


Pour lire mes billets précédents

À propos de ce blogue

Les finances personnelles, ça consiste à gérer son argent au jour le jour en fonction d’objectifs plus ou moins éloignés. En regardant du bon angle, on constate qu’il s’agit d’un instrument pour réaliser ses ambitions et ses rêves. C’est avec humanité et une pointe d’humour que Daniel Germain compte aborder les finances personnelles dans ce blogue, dont l’objectif est de vous informer et de vous faire réagir. Daniel Germain assume la direction du magazine de finances personnelles Les Affaires Plus depuis 2002 et a développé de vastes connaissances sur le sujet.

Daniel Germain

Sur le même sujet

Sécurité de la vieillesse: le mammouth dans la pièce

22/05/2019 | Daniel Germain

Les coûts du programme de la sécurité de la vieillesse exploseront. Pourquoi l’ignore-t-on?

Credit Karma: la vaste offensive cool!

15/05/2019 | Daniel Germain

La promesse de la firme américaine: une meilleure cote de crédit pour un style de vie plus le fun. Allo?!