Les vieux ratoureux qui profitent du système

Publié le 25/11/2014 à 14:19

Les vieux ratoureux qui profitent du système

Publié le 25/11/2014 à 14:19

Alors qu'on est à évaluer la hauteur de la vague d'austérité qui s'approche, il y a des vieux qui se demandent... rien. Ils sont tellement tranquilles dans leur coin qu'il s'en trouve pour passer à côté d'un revenu mensuel qui les ferait passer de la pauvreté crasse à la pauvreté ordinaire.


Les personnes âgées à faible revenu ont droit en effet à ce qu'on appelle le Supplément de revenu garanti (SRG). C'est un peu comme l'aide sociale du troisième âge. En tout cas, c'est ainsi qu'on le désigne souvent. Pour les plus mal pris, cela équivaut à un chèque d’un peu plus de 760 $ par mois en provenance d'Ottawa. Dès qu’un retraité commence à déclarer des revenus (régime complémentaire de retraite, retrait du FERR, revenus de placement, Régie des rentes), ce supplément commence à fondre pour disparaître totalement lorsqu’il gagne la somme faramineuse de 17 088$ par année, s’il est célibataire.


Suivez-moi sur Twitter


Pour lire mes billets précédents


Or, il y a encore de nombreuses personnes qui y ont droit mais qui n'en bénéficient pas. Pourquoi ? Pour la recevoir, il faut s'inscrire. Bien que le gouvernement fédéral fait beaucoup d'efforts pour simplifier cette procédure, il ne reste pas moins qu'il faut poser un geste pour obtenir son dû. Or, parmi les gens éligibles au SRG, on compte des personnes vulnérables et mal informées qui ne savent même pas que ça existe.


Les organismes de protection des droits des ainés militent depuis des années pour que l'inscription soit automatique. Ottawa n’est pas contre, mais c’est compliqué il parait. Vous savez, l’informatique, c’est capricieux. Et les fonctionnaires fédéraux sont souvent plus acharnés à retracer ceux qui «abusent» de l’assurance emploi que nos patriarches et nos matriarches qui vivent dans l’indigence.


Mais le plus révoltant, ce n'est pas que des gens n'aient pas accès à une aide pour lesquels elle a été conçue. Non. Le plus choquant, c’est qu’il y a des retraités bien en moyen qui s’en prévalent grâce à une planification financière bien ficelée. Il suffit de ne pas déclarer de revenu ou très peu pour réclamer le SRG, quand bien même vous vivriez dans un palais.


À propos de ce blogue

Les finances personnelles, ça consiste à gérer son argent au jour le jour en fonction d’objectifs plus ou moins éloignés. En regardant du bon angle, on constate qu’il s’agit d’un instrument pour réaliser ses ambitions et ses rêves. C’est avec humanité et une pointe d’humour que Daniel Germain compte aborder les finances personnelles dans ce blogue, dont l’objectif est de vous informer et de vous faire réagir. Daniel Germain assume la direction du magazine de finances personnelles Les Affaires Plus depuis 2002 et a développé de vastes connaissances sur le sujet.

Daniel Germain

Sur le même sujet

Sécurité de la vieillesse: le mammouth dans la pièce

22/05/2019 | Daniel Germain

Les coûts du programme de la sécurité de la vieillesse exploseront. Pourquoi l’ignore-t-on?

Credit Karma: la vaste offensive cool!

15/05/2019 | Daniel Germain

La promesse de la firme américaine: une meilleure cote de crédit pour un style de vie plus le fun. Allo?!