Microsoft tourne sa gamme Surface vers le futur... et le mobile

Publié le 02/10/2019 à 11:51

Microsoft tourne sa gamme Surface vers le futur... et le mobile

Publié le 02/10/2019 à 11:51

(Image: courtoisie)

Dans les technos, les conférences se suivent et se ressemblent de plus en plus, les journées précédant l’événement étant généralement passées à écumer les rumeurs et les fuites circulant sur la Toile, où toute l’information est déjà disponible sur ce qui sera dévoilé.

La conférence de Microsoft de ce matin n’était pas exception. À un détail près : une éventuelle tablette Surface à écran pliable n’a pas vu le jour comme prévu, puisque Microsoft a en réalité caché deux produits en un sous les esquisses d’un tel prototype.

Ces deux produits sont ce que Microsoft espère mettre en marché non pas cet automne, mais l’automne prochain, ce qui ne manquera pas de faire grimper les attentes d’un peu tout le monde. Voici ces deux nouveautés, et les autres, qui elles seront en vente dès cet automne.

Surface Neo

Ce qui devait être le clou du spectacle est cette tablette dont une version de production sera vraisemblablement commercialisée dans un an. Panos Panay, directeur des produits pour Microsoft, présente la Surface Neo comme «une toute nouvelle catégorie» de produits informatiques. Avec ses deux écrans de 9 pouces côte-à-côte, la Neo évite les défis de design d’un Galaxy Fold de Samsung en ne dissimulant pas son articulation sous l’affichage, qui sera ainsi plus durable.

Mais ses deux écrans travaillent tout de même ensemble, notamment grâce à Windows X, une nouvelle version du système conçue exprès pour ces appareils à écrans multiples. La raison pour laquelle Microsoft a dévoilé ce produit plus tôt est pour inciter les éditeurs de logiciels et d’applications à adopter ce nouveau format à deux écrans, afin d’avoir de quoi de substantiel à proposer aux consommateurs quand viendra le temps de mettre tout ça en vente.

La Surface Neo vient avec deux accessoires subtilement intégrés à son design. Le fameux stylet des Surfsce revient en version allégée, et magnétisée, qui se recharge au contact de l’appareil. Un clavier Bluetooth également aimanté s’accroche au bas du second affichage, et se rabat dessus, pour transformer l’appareil en un portable au format plus classique. Une partie de l’affichage reste exposée pour présenter des fonctions additionnelles, ce que Microsoft appelle sa «Wonder Bar». Le tout a été présenté sans faute, ce qui laisse croire que son développement est déjà plutôt bien avancé.

Surface Duo

Ce que les rumeurs n’avaient pas prédit, c’est cette version réduite de la Surface Neo, avec capacité téléphonique et système Android. Deux écrans de 5,6 pouces rabattables donnent vie à un appareil qui n’est pas une phablette, ni une tablette, mais un hybride entre les deux.

Microsoft dit avoir travaillé de près avec Google sur ce produit, et on n’en doute pas un instant. Chose sûre, ça met un point final à l’introduction d’une flopée d’applications Android par Redmond, dont une interface complète (un «lanceur») qui sera sans doute mise à contribution pour distinguer le Neo de rivaux de marque concurrente signés Samsung, ou même Google, avec son Pixel.

Le Neo n’a pas trois caméras à l’arrière, donc on le voit mal servir une clientèle plus axée sur le côté ludique de la mobilité, mais pour la productivité, on voit bien comment la suite Office peut être mise à profit sur un tel appareil.

Surface Pro X

N’eut été ces deux nouveautés, la vedette aurait été un appareil relativement haut de gamme, la Surface Pro X. Cette tablette deux-en-un est une version de la Surface animée par une mécanique plus musclée encore, grâce à un processeur en partie dessiné par Microsoft et Qualcomm, ce qui est nouveau. À 5,3 mm d’épaisseur, avec un écran de 13 pouces mur à mur et une connexion LTE intégrée, l’appareil se positionne comme un rival au iPad Pro, d’Apple.

La Surface Pro X a un avantage en hébergeant une version complète de Windows 10, ce qui en fait un ordinateur complet, chose qui plait manifestement à certains éditeurs de logiciels comme Adobe. Mais ça signifie aussi que les applications conçues sur mesure pour son format sont moins nombreuses que celles qu’on retrouve du côté du iPad.

Une septième génération de la tablette Surface a aussi été présentée, une révision plus légère pour ce que Microsoft présente comme «le deux-en-un le plus vendu sur la planète», une façon de rappeler que l’étui-clavier est un composant important de cet appareil. C’est plus un portable allégé qu’une tablette augmentée, pour ainsi dire. La mécanique plus musclée renforce cette impression.

Surface Laptop 3

Du côté des portables, seul le Surface Laptop est revu. Son boîtier en aluminium et une finition avec des matériaux originaux l’éloigne encore un peu plus des machines beiges, noires ou grises des 20 dernières années. Mais dont les entrailles demeurent accessibles et modifiables, à quelques vis près, ce qui pourrait lui assurer une durabilité accrue.

Sous le capot, son processeur Intel deux fois plus rapide que le Laptop précédent. Microsoft promet trois fois la performance d’un MacBook Air. Un affichage de 15 pouces ultramince, dans un format qui en fait un rival tant aux plus petits portables d’Apple qu’au MacBook Pro.

Aussi : 80% de la recharge (bonne pour une journée de travail) pourra être récupérée en une heure.

Surface Earbuds

Microsoft n’est pas indifférente au mouvement vers les accessoires audio non plus et présente une addition aux Headphones de l’an dernier avec les Earbuds, des écouteurs bouton intégrant une commande vocale poussée capable de traduire en 60 langues et d’envoyer la diction des utilisateurs dans des documents de la suite Office.

La surface tactile est un peu grosse, ce qui donne aux écouteurs un air de grosse boucle d’oreille. À 250$US, on a hâte de voir si Microsoft aura le même effet d’entraînement qu’Apple et ses AirPods.

Suivez-moi sur Facebook:

Suivez-moi sur Twitter:

À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno

Sur le même sujet

Comment booster d'un coup votre productivité de 40%?

05/11/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Grâce à une trouvaille extraordinairement simple effectuée par Microsoft Japon.

Surface Laptop 3 de Microsoft : à un détail près

04/11/2019 | Alain McKenna

BLOGUE. Depuis le temps, pourquoi les fabricants n’apprennent-ils pas?