Avez-vous l'étoffe d'un entrepreneur ?

Publié le 08/06/2013 à 00:00

Avez-vous l'étoffe d'un entrepreneur ?

Publié le 08/06/2013 à 00:00

Plusieurs recherches ont eu l'objectif d'identifier un profil type d'entrepreneur, mais en vain. À vrai dire, il n'existe pas de profil type. Par leur nature même, les entrepreneurs défient toute catégorisation.

Ces mêmes recherches ont néanmoins révélé que les entrepreneurs partagent certains traits psychologiques et semblent motivés par un certain nombre d'éléments. On reconnaît ainsi que les entrepreneurs créent des entreprises tout d'abord pour se réaliser, pour combler un désir de réussir, pour assouvir un besoin de risque et de pouvoir, pour accéder à un statut plus élevé, pour être libre ou simplement par goût du défi, etc. Quels sont donc les principaux motifs qui poussent un individu à créer une entreprise ?

Sans être exhaustif, énumérons quelques-unes de ces motivations.

> Le désir d'indépendance. Il existe une catégorie de personnes qui supportent très mal la subordination dans l'exercice de leurs fonctions. Ces personnes ne se sentiraient à l'aise que dans un cadre où elles pourraient décider de leur sort ou être associées aux décisions qui les affectent. Généralement, le créateur veut rester libre : libre d'orienter sa vie, de fixer ses objectifs, d'être son propre juge, de choisir son cadre de travail, etc. La majorité des entrepreneurs ont un besoin fondamental de liberté et d'indépendance, et ce besoin se manifeste depuis le jeune âge dans le milieu familial et dans les rapports avec les parents.

> Un savoir-faire à valoriser. La volonté de créer une entreprise peut être animée aussi par le désir de mettre en valeur les connaissances acquises tout au long d'une formation académique ou simplement par celui d'exploiter l'expérience acquise dans un domaine d'activité particulier.

> Une idée «originale» à concrétiser. Une idée, que l'on croit originale, constitue généralement l'élément déclencheur de tout le processus de création d'entreprises. Ainsi, des personnes sont poussées à se lancer en affaires parce qu'elles pensent que leur idée leur permettra de gagner leur vie ou d'améliorer leur situation. Dans ce cas, l'idée ou le concept constitue le motif principal de création.

> Des ressources financières à exploiter. Certaines personnes sont en affaires tout simplement pour faire fructifier leur argent. Disposant d'un capital, et celui-ci peut être modeste, qu'il soit en argent ou en immobilisations (terrain, demeure, etc.), elles sont motivées par le désir d'investir une partie de leur patrimoine dans une affaire qu'elles pensent être rentable.

Un exercice difficile

La création d'une entreprise demeure sans doute un exercice assez difficile pour plusieurs personnes. En raison du haut niveau de compétences nécessaires aux affaires, l'entrepreneur doit présenter certaines aptitudes favorables à la création et au fonctionnement d'une entreprise. La patience, la persévérance, la ténacité et la détermination sont autant de qualités que tout entrepreneur doit posséder, sinon développer et cultiver.

Certes, et comme on l'a mentionné précédemment, il n'existe pas de profil type d'entrepreneur. Cependant, on observe que le créateur d'entreprise veut exploiter tout son potentiel et davantage. Pour ce faire, il cherche constamment à relever des défis et à apprendre toujours plus. L'entrepreneur aime faire des choses nouvelles ou les faire différemment. Il dit apprendre même de ses échecs. Cette réaction positive face à l'échec serait typique des entrepreneurs : les obstacles qui se présentent, la peur des revers stimulent leurs efforts, et l'expérience de l'échec les pousse à vouloir faire mieux.

À la une

La loi 96 fait fausse route

Il y a 46 minutes | Miguel Ouellette

BLOGUE INVITÉ. Cette version encore plus sévère et contre-productive de la loi 101 devrait être mise de côté.

Ce que les repreneurs pensent, mais ne disent jamais

BLOGUE INVITÉ. Tous les repreneurs me parlent de trois enjeux qu'ils n’osent jamais aborder avec les membres du clan.

L'innovation peut régler des problèmes de société, dit le ministre Fitzgibbon

Le gouvernement alloue 2 milliards de dollars supplémentaires à la nouvelle mouture de la SQRI.