TikTok: la justice inflige un revers à l'administration Trump

Publié le 28/09/2020 à 11:17

TikTok: la justice inflige un revers à l'administration Trump

Publié le 28/09/2020 à 11:17

Par AFP
Un marteau juridique.

(Photo: 123RF)

Les utilisateurs américains de TikTok peuvent souffler: un juge américain a bloqué dimanche in extremis la suspension de l'appli ordonnée par l'administration Trump au nom de la sécurité nationale.

Donald Trump a signé début août un décret pour forcer TikTok, qui appartient au chinois ByteDance, à passer sous pavillon américain. Le locataire de la Maison blanche avait menacé, faute d'accord, d'interdire le réseau social aux États-Unis.

La première étape de cette interdiction devait conduire au retrait de l'appli des plateformes de téléchargement aux États-Unis. Mais dimanche, le juge Carl Nicholas a donné raison in extremis à TikTok, qui avait déposé un recours le 18 septembre.

Le magistrat, nommé par Donald Trump en 2019, a en revanche pour l'instant refusé de suspendre l'interdiction totale de l'appli sur le sol américain, prévue pour le 12 novembre.

Les raisons de sa décision sont sous scellés afin de protéger des informations potentiellement confidentielles, mais doivent être publiées lundi une fois que les deux parties se seront mises d'accord. 

«Nous sommes satisfaits que la cour ait été d'accord avec nos arguments légaux et ait empêché la mise en place de l'interdiction», a réagi TikTok.

Le ministère du Commerce a fait savoir qu'il se conformerait à la décision du juge, mais avait bien l'intention «de défendre vigoureusement le décret présidentiel contre les embûches légales».

 

Bien plus qu'une application

Lors d'une audience par téléphone dimanche matin, les avocats de TikTok ont déclaré que bloquer les téléchargements de l'appli serait inconstitutionnel et enfreindrait le droit à la liberté d'expression, surtout à l'approche de la présidentielle du 3 novembre.

«TikTok est bien plus qu'une application, c'est la version moderne du forum public, c'est une communauté, c'est un moyen de communication (...) d'autant plus important en temps de pandémie», a fait valoir l'avocat John Hall. «Si l'interdiction entre en vigueur, c'est comme si le gouvernement empêchait les 2/3 du pays de venir à l'agora», la place publique de la Grèce antique.

La plateforme a aussi assuré que cela lui causerait des dommages irréparables en termes de croissance, alors qu'elle gagnait quelque 424 000 nouveaux utilisateurs américains par jour au début de l'été.

De son côté, le gouvernement considère ByteDance comme un «porte-parole» du Parti communiste chinois et dit vouloir empêcher que de nouveaux utilisateurs soient exposés au risque de voir leurs données pillées par la Chine.

Donald Trump accuse depuis longtemps TikTok d'espionnage sur ses utilisateurs au profit de Pékin, sans preuves.

Depuis son décret, négociations, invectives au sommet et rebondissements dans les tribunaux s'enchaînent. Si les tractations n'aboutissent pas, une interdiction complète des activités du réseau sur le sol américain pourrait entrer en vigueur à partir du 12 novembre, a prévenu le Trésor.

Autant de pressions rejetées par le régime chinois.

Lundi, un porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, a appelé Washington à offrir un environnement commercial «juste» et «non discriminatoire» aux États-Unis et fustigé «l'intimidation» à l'encontre de ses entreprises.

 

Un algorithme très convoité

TikTok a confirmé le week-end dernier un accord pour créer une nouvelle société, TikTok Global, avec Oracle en tant que partenaire technologique aux États-Unis et Walmart en tant que partenaire commercial.

Il y aurait aussi une prise de participation de 12,5% d'Oracle et de 7,5% de Walmart. Les Américains détiendraient quatre des cinq sièges au conseil d'administration.

Mais la finalisation dépend du bon vouloir du président américain et du gouvernement chinois.

«Nous continuons notre dialogue en cours avec le gouvernement pour finaliser ce projet, auquel le président a donné son accord préliminaire» a déclaré TikTok dimanche soir.

L'appli de vidéos courtes, le plus souvent musicales et humoristiques, est devenue le nouveau symbole de la bataille que se livrent les États-Unis et la Chine pour la domination du secteur de la haute technologie.

ByteDance a annoncé le dépôt d'une «demande d'autorisation» d'exportation de technologie auprès des autorités chinoises, sans en préciser la nature.

Cette initiative pourrait concerner le fameux algorithme qui a fait le succès de TikTok: il permet d'afficher aux utilisateurs les contenus les plus susceptibles de les intéresser, en fonction de leurs goûts, et de les conduire à passer le plus de temps possible à visionner vidéo après vidéo sur la plateforme.

La Chine refuse que ce précieux système informatique ne tombe dans l'escarcelle américaine.

Sur le même sujet

États-Unis: un scénario de stabilité, trois d'instabilité

Édition du 28 Octobre 2020 | François Normand

ZOOM SUR LE MONDE. Le climat entourant la présidentielle du 3 novembre, aux États-Unis, crée de l'incertitude...

Bourse: les impacts de l'élection de Donald Trump ou Joe Biden

23/10/2020 | Denis Lalonde

BALADO. Doit-on s'attendre à de fortes fluctuations boursières après l'élection américaine? Nicolas Vaugeois commente.

À la une

Le Congrès demande à Trump de réduire les prix du bois d'oeuvre

Il y a 30 minutes | François Normand

Une coalition de 99 élus ne fait pas allusion au conflit du bois d'oeuvre, mais c'est «l'éléphant dans la pièce».

Bourse: Wall Street enregistre sa pire journée depuis juin

Mis à jour il y a 17 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La veille, Wall Street, après un lundi déjà dans le rouge, était restée en mode d'attente.

Titres en action: Tiffany, Boeing, Sony, Heineken

Mis à jour à 13:38 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.