Test du Huawei Mate20 Pro : le téléphone intelligent le plus puissant de 2018

Publié le 19/11/2018 à 12:54

Test du Huawei Mate20 Pro : le téléphone intelligent le plus puissant de 2018

Publié le 19/11/2018 à 12:54

Par Alain McKenna

Si on avait à dresser un portrait du marché canadien des sans-fils en cette période des Fêtes 2018, ce serait assez simple : entre Apple et Samsung qui se chamaillent dans le haut de gamme, Google tente d’assurer sa place à grands coups d’intelligence artificielle. Tous les autres sont relégués au second plan, soit en raison d’une fiche technique plombée par les compromis, par un logiciel dont on ignore quand il sera mis à niveau, ou plus simplement, parce qu’ils désirent être plus abordables.

Chose sûre, il y en a pour tous les goûts.

Deux sociétés chinoises espèrent toutefois brouiller cette image. Le OnePlus 6T débarque au pays (lire : il est enfin soutenu par un fournisseur canadien de services sans fil). Et Huawei, qui est sous les projecteurs aux États-Unis pour sa proximité inquiétante avec le gouvernement chinois, soulevant des doutes sur la légitimité de ses pratiques d’affaires chez nous, veut faire oublier tout ça avec le Mate20 Pro, un sans-fil qui a tout, tout, tout ce qu’offrent les autres, et plus encore.

À condition que les problèmes d'écrans qui flanchent prématurément soient corrigés, c’est là l’appareil intelligent qui vole la vedette, cet automne. Voici pourquoi, en trois temps.


Objectif : des photos pour tous les goûts

Tous les fabricants insistent sans cesse sur la qualité de l’appareil photo de leurs mobiles. Avec l’affichage et l’autonomie, c’est une des trois priorités les plus souvent citées par les acheteurs quand on leur demande ce qui motive leur décision d’achat finale.

Huawei n’y va pas de main morte en proposant deux capteurs et trois objectifs, à l’endos du Mate20 Pro. Ça permet d’offrir quatre modes photo fort pratiques : au cadrage normal s’ajoute un zoom optique en deux temps (l’équivalent d’un 50 mm et d’un 80 mm), un mode grand angle offrant une prise de vue élargie, et dans ce même mode, une fonction «Super Macro» pouvant capter des gros plans (des détails d’objets qu’on tient à 2 cm de l’objectif).

Cette polyvalence est inégalable. Les détails sont plus nets qu’avec un zoom optique, et même si la retouche d’image automatisée est un peu lente, elle permet de prendre des clichés avec un zoom qui amplifie les vibrations de l’appareil sans que ça paraisse trop. Tout ça se sauvegarde dans la mémoire interne, ou sur une carte «NM», une espèce de carte mémoire «Nano SD» développée par Huawei qu’on peut acheter en ligne, ou chez Rogers, notamment.

La grande ouverture du grand angle permet aussi d’améliorer la luminosité des photos prises de soir ou quand il fait sombre. Ça marche, mais on est loin du mode nocturne ce que Google offre sur ses Pixel depuis la semaine dernière.

Tout ça mis ensemble, on se demande presque pourquoi Huawei a ajouté un flash à sa caméra, qui performe nettement quand celui-là est éteint…

L’infatigable

L’élégant boîtier en dégradé de bleu de ce téléphone dissimule une imposante pile de 4200 milliampères-heure (mAh), laquelle suffit pour garder l’appareil en vie bien au-delà d’une journée d’utilisation normale. En détresse, il est possible de le charger avec son propre bloc d’alimentation de 40 watts, assurant une recharge à très haute vitesse. L’équivalent de 80% de la pile peut être récupéré en une trentaine de minutes…

Détail intéressant, la recharge sans fil Qi intégrée à cet appareil marche dans les deux sens : on peut le déposer sur un pavé sans fil compatible et il se chargera. On le tourne à l’envers et on y dépose un autre sans-fil à recharge sans fil, et il agira comme un chargeur à son tour.

Pas bête…

À l’écran : tout, et un peu plus encore

En mains, le Mate20 Pro n’a pas la carrure d’un appareil haut de gamme. Il est léger et profilé, malgré un affichage UHD de 6,4 pouces légèrement recourbé de sur les côtés. Ça imite à la perfection la forme du Galaxy Note 9 de Samsung, à une exception près : le coréen fait une meilleure abstraction des doigts qui le tiennent et qui se frottent à la bordure de sa surface tactile.

Ça finit par agacer à un point où on ne sait plus trop comment le tenir…

Sous cet affichage par ailleurs fort coloré se trouve un lecteur d’empreintes qui assure la sécurité de son contenu. Ça explique l’absence d’un bouton d’accueil au bas de l’écran, mais là où ce dernier reconnaitrait probablement avec succès l’empreinte de son propriétaire plus de 95% du temps, celui du Mate20 Pro est autrement plus capricieux. On finira par opter pour une autre solution de verrouillage, comme la reconnaissance faciale, laquelle n’est pas aussi finement intégrée que le Face ID d’Apple.

Notez que le Mate20 Pro est un des rares chanceux à être animé par Android 9.0 Pie dès sa sortie de la boîte. Ce système optimise une foule de processus, et s’avère une version fort attrayante du système de Google. Question de goûts sans doute, l’interface du Pixel 3 semble le mettre davantage en valeur que celle de Huawei, appelée Emotion UI («EMUI»).

Tout ça tourne rondement grâce à un processeur maison appelé Kirin 980, lequel hérite d’un coprocesseur neuronal (un «NPU», dit-on en mandarin) ajoutant du muscle à l’ensemble. Les applications se chargent plus rapidement, et comme Huawei s’est entendue avec Bell, entre autres, pour profiter de la plus récente de son réseau LTE, il est aussi capable de télécharger les données nécessaires pour faire fonctionner ces applis à la vitesse grand V.

Ah, et il possède également un port infrarouge....

En prime, question de durabilité, Huawei promet que dans le pire des cas, il ne perdre que 2% de son efficacité et de sa rapidité au cours des 24 mois suivant sa mise en service, contrairement à plus d’un sans-fil Android (et même quelques vieux iPhone…) qui semblent devenir très paresseux à mesure que le temps passe.

Bref, n’en doutez pas une seconde : le Mate20 Pro ne souffre pas des défauts de nombreux autres produits d’origine chinoise vendus à une fraction du prix… Heureusement, car celui-là est vendu au plein prix : entre 1130$ et 1300$, déverrouillé et sans forfait. C’est un peu plus cher que le P20 Pro, un autre modèle lancé par Huawei plus tôt cette année, qui est un peu moins performant.

Il est offert avec 2 ans de services à partir de 180$.

Huawei Mate20 Pro
Téléphone à système Android 9.0 Pie
Écran tactile de 6,39 pouces (3120 x 1440 pixels)
Appareil photo Leica de 40 + 20 mégapixels (arrière), 8 mégapixels (avant)
Processeur Kirin 980 avec 6 go de mémoire vive
128 go de stockage, plus carte-mémoire NM
Batterie de 4200 mAh
À partir de 1130$

Suivez-moi sur Facebook:

Suivez-moi sur Twitter:


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Il y a 57 minutes | LesAffaires.com et AFP

«Les espoirs de mesures de stimulus de plusieurs pays contribuent à dynamiser l'humeur des marchés.»

Titres en action: Intact, Medidata, Nintendo...

Mis à jour il y a 38 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

L'immense et désespérante solitude des RH

BLOGUE. Les employés ont une méconnaissance crasse de ce que font les RH, selon une étude. À qui la faute?