Les PME ne savent trop que faire pour améliorer leur responsabilité sociale

Publié le 20/10/2021 à 11:39

Les PME ne savent trop que faire pour améliorer leur responsabilité sociale

Publié le 20/10/2021 à 11:39

Par La Presse Canadienne

Lorsqu’on interroge les dirigeants de PME sur comment ils pourraient améliorer leur responsabilité sociale et environnementale, on constate qu’ils s’en remettent principalement aux autres.

Les PME québécoises sont en pleine contradiction face à leur responsabilité sociale et environnementale.

Un sondage mené auprès de dirigeants de PME québécoises démontre en effet que l’écrasante majorité d’entre elles (88%) sont «préoccupées par leur impact social et environnemental» et que 84% d’entre elles estiment «avoir un rôle à jouer, en tant qu’entreprise, dans la résolution de ces enjeux». Or, le sondage démontre également que les intérêts des actionnaires et la génération de profits demeurent la priorité des PME, par opposition aux intérêts des autres parties prenantes, au bien-être des gens et à la protection de l’environnement.

«Quand elles doivent prendre des décisions d’affaires, c’est vraiment l’intérêt des actionnaires et la génération de profits qui restent la priorité», reconnaît Emna Braham, directrice adjointe à l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Le sondage a été mené par la firme Léger à la demande de l’Institut en partenariat avec le pôle IDEOS de HEC Montréal et la firme Credo, qui œuvrent tous deux dans le domaine de l’impact social des entreprises.

Pourtant, les PME ont une très bonne opinion d’elles-mêmes en matière de responsabilité sociale: les trois quarts des dirigeants de PME sondés jugent que leur entreprise a une bonne (63%), voire une excellente performance (12%) en termes de responsabilité sociale et ce, même si près du tiers (30%) disent qu’ils ne peuvent allouer davantage de ressources à ce chantier et que près d’un sur cinq (18%) doit mobiliser les efforts de l’entreprise vers d’autres priorités.

 

Écart entre perception et réalité

«Ce que ce sondage révèle, c’est vraiment l’écart entre la perception et la réalité. Il y a une prise de conscience qui est très intéressante de l’impact des PME sur la société et sur l’environnement, mais lorsqu’on pose des questions un peu plus détaillées, on voit que dans la pratique, ce n’est pas si évident que ça», note Mme Braham.

Elle ajoute que l’autoperception des entreprises n’a pas de bases solides: «C’est un des résultats qui nous a étonnés: les trois quarts des PME pensent avoir une bonne ou une excellente performance RSE (responsabilité sociale des entreprises), mais c’est en lien avec cette prise de conscience alors qu’en réalité elles ne savent pas toujours en quoi ça consiste, par où commencer.»

 

Le soutien financier et la contrainte

C’est lorsqu’on interroge les dirigeants de PME sur comment ils pourraient améliorer leur responsabilité sociale et environnementale que l’on constate qu’ils s’en remettent principalement aux autres. La première source de motivation pour réaliser leur ambition? Un soutien financier, disent 46% d’entre elles. Puis viennent presque sur un pied d’égalité, «un plus grand degré d’adoption de ces pratiques par leurs concurrents» (37%), davantage de connaissances, d’expertise et d’accompagnement sur la question (36%) et une législation et des normes imposées par le gouvernement (34%).

En d’autres termes, si on fait abstraction du besoin d’expertise à l’interne, les PME assumeront davantage leur responsabilité sociale et environnementale si les gouvernements les financent, si leurs compétiteurs le font — parce qu’elles craignent d’être désavantagées en investissant seules de leur côté — et si des lois, notamment en environnement, les obligent à le faire.

 

Pressions croissantes

Emna Braham estime toutefois que les PME n’auront d’autre choix que de s’y commettre davantage que dans le discours: «Il y a des pressions grandissantes pour transformer les pratiques d’affaires des entreprises, notamment pour qu’elles soient plus respectueuses de l’environnement et plus respectueuses des communautés qui les entourent. Les grandes entreprises sentent déjà ces pressions.»

«Les grands fonds d’investissement intègrent de plus en plus des critères sociaux et environnementaux dans leurs analyses d’investissement. Les législations sont de plus en plus contraignantes sur la lutte aux changements climatiques ici et ailleurs», explique-t-elle.

Les pressions viennent aussi des consommateurs et, fait nouveau, des employés: «Il ne faut pas oublier que dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, une entreprise qui va avoir une raison d’être claire, qui va avoir une mission sociale et environnementale va pouvoir avoir une forte marque d’employeur qui va pouvoir attirer les employés», fait valoir Mme Braham.

«Ce sont vraiment des pressions d’un petit peu partout qui arrivent pour transformer les pratiques d’affaires.»

 

Démarche rentable

Qui plus est, dit-elle, cette perception qu’il faut un soutien financier ou une contrainte commence à se transformer: «C’est vraiment une démarche qui est de plus en plus perçue non pas comme un sacrifice financier, mais comme quelque chose qui va créer de la valeur pour l’entreprise». Comment? Par ce domaine d’expertise en affaires qu’est la gestion de risque: «De plus en plus, intégrer des pratiques qui vont être socialement responsables est une manière de gérer les risques environnementaux, les risques réputationnels et un certain nombre de risques auxquels les entreprises sont confrontées.»

Aux entreprises qui disent ne pas vouloir investir dans la responsabilité sociale et environnementale à moins que leurs compétiteurs soient soumis aux mêmes dépenses, elle fait valoir au contraire que d’agir en précurseur peut être avantageux: «Plusieurs entreprises vont pouvoir se démarquer par rapport à leurs compétiteurs avec des pratiques plus responsables socialement et vont également pouvoir s’identifier comme tel par rapport à leurs clients, leurs employés ou par rapport aux employés qu’ils essaient de recruter.»

Ce sondage a été mené par la firme Léger auprès de 216 gestionnaires de PME québécoises comptant entre 25 à 249 employés, dont près de la moitié à l’extérieur des régions métropolitaines de Montréal et Québec. Les résultats ont été pondérés selon le secteur d’activité et le nombre d’employés. La collecte de données a été effectuée entre le 10 et le 21 mai 2021. Aucune marge d’erreur n’a été fournie.

Sur le même sujet

Le caribou forestier: le cœur et la raison

COURRIER DES LECTEURS. La protection du caribou forestier occupe une place importante dans l’actualité depuis...

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…

À la une

Bourse: Wall Street termine en baisse, lestée par prises de bénéfices et Fed

Mis à jour le 03/12/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture la séance de vendredi en baisse

À surveiller: Dialogue, Cascades, et la Banque TD

03/12/2021 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Dialogue, Cascades, et la Banque TD? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: cinq entreprises technologiques qui offrent un bon potentiel de croissance

03/12/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Les entreprises Cognizant, CGI, Converge, Quisitive et Alithya offrent un bon potentiel, dit Vincent Fournier.