Rien ne semble freiner la machine à emplois du Québec

Publié le 05/01/2018 à 08:41, mis à jour le 05/01/2018 à 10:24

Rien ne semble freiner la machine à emplois du Québec

Publié le 05/01/2018 à 08:41, mis à jour le 05/01/2018 à 10:24

Par lesaffaires.com

Photo: 123rf.com

Le marché québécois de l’emploi a terminé 2017 sur les chapeaux de roue. La province a créé 27000 postes en décembre, ce qui a fait reculer le taux de chômage sous la barre des 5%. Jamais le taux de chômage n’a été aussi bas en 41 ans.


La province a ajouté 19400 emplois à temps plein et 7400 postes à temps partiel au cours du derniers mois de l’année dernière.


Le taux de chômage a ainsi reculé de 0,5%, passant de 5,4% à 4,9%.


Le taux d’emploi, une statistique plus révélatrice de la vigueur du marché du travail, est passé de 61,3% en novembre à 61,6% en décembre au Québec.



« Avec un taux de chômage à 4,9 % et un taux d’emploi des 25 à 54 ans record à plus de 85 %, le Québec accède à une zone inconnue en matière d’emploi. Malgré la force du marché d’emploi des deux dernières années, le mois de décembre vient encore une fois de dépasser toutes les attentes. »
Voilà ce qu'a noté Jean-Guy Côté, directeur associé de l'Institut du Québec, un partenariat entre le Conference Board du Canada et HEC Montréal.


Le Québec affiche le plus bas taux de chômage au pays après la Colombie-Britannique, comme le montre le tableau suivant de Statistique Canada.


Dans l’ensemble du pays, il y a eu création de 79000 emplois. Le taux de chômage a reculé de 0,2% point de pourcentage pour s’établir à 5,7%.


David Madani, économiste pour le cabinet Capital Economics, souligne dans une note que la solide performance du marché de l’emploi canadien en décembre montre que l’économie du pays s’adapte bien à la hausse des taux d’intérêt.


Selon lui, la vigueur du marché de l’emploi va alimenter la spéculation à l’effet que la Banque du Canada relèvera de nouveau son taux directeur ce mois-ci.


Pour Josh Ny, économiste à la RBC, le marché canadien de l’imploi continue de défier la gravité. Les quelque 80000 emplois ajoutés pour un deuxième mois de suite constitue la meilleure performance de deux mois consécutifs en cinq ans, note-t-il. Pour l’année, le pays a créé 422000 postes, le plus fort gain depuis 2002.


Tout comme son homologue de Capital Economics, il croit que la solide performance du marché de l’emploi augmente les probabilités d’une hausse du taux directeur.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

La Fed est-elle trop confiante?

BLOGUE. Le discours du nouveau patron de la Fed était le plus confiant en 12 ans. Est-ce un signal de danger?

Le taux de chômage reste à 5,8 pour cent en avril

Au Québec, tant l'emploi que le taux de chômage ont peu varié en avril.

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

23/06/2018 | François Normand

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...