Le fonds BCF Ventures passe de 5M$ à 12M$

Publié le 20/12/2018 à 06:45

Le fonds BCF Ventures passe de 5M$ à 12M$

Publié le 20/12/2018 à 06:45

Par Catherine Charron
La PDG de BRIDGR, Amira Boutouchent.

La PDG de BRIDGR, Amira Boutouchent. (Photo: courtoisie)

En plus d’avoir plus que doublé de taille, le fonds super ange BCF Ventures compte maintenant dans son portefeuille six nouvelles entreprises du Canada et des États-Unis, six mois après son lancement.

Depuis que le fonds a été lancé avec un investissement de 5M$ sur 10 ans de BCF Avocats d’affaires, qui joue le rôle d’associé commanditaire, d’importants investisseurs s'y sont greffés.

Ceux-ci se sont engagés à débourser 700 000 dollars chaque année, et ce pendant trois ans, et pourront reconduire l'entente pour les sept années suivant cette entente.

C’est ce qui permet à BCF Ventures d’être maintenant considéré comme un fonds de capital de risque «à part entière», apprend-on dans un communiqué.

À re(lire): Capital de risque: le cabinet d'avocats BCF lance BCF Ventures

BRIDGR est la seule entreprise montréalaise à faire partie du portefeuille de ce fonds super ange dirigé par Sergio A. Escobar. Les autres, Alpin, CareTeam, FightCamp, FleetOps et Prospectify, ont leur siège social dans le reste du Canada ou aux États-Unis.

Ces sociétés, qui sont en phase d’amorçage ou de prédémarage, évoluent toutes dans les secteurs de l’infonuagique ou des logiciels service.

Lancé le 17 mai dernier, BCF Ventures est l'un des premiers fonds super ange au Québec. 

 

 

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...