Oui, vous devriez embaucher cet employé surqualifié

Publié le 28/05/2011 à 00:00, mis à jour le 03/06/2011 à 12:23

Oui, vous devriez embaucher cet employé surqualifié

Publié le 28/05/2011 à 00:00, mis à jour le 03/06/2011 à 12:23

[Photo : Gilles Delisle]

La question

Devrais-je embaucher un candidat, que j'estime surqualifié, pour un poste offert dans mon entreprise ?

La réponse de notre experte, Julie Carignan, CRHA

"Il n'y a pas si longtemps, la plupart des experts vous auraient répondu de ne pas l'embaucher. Ils vous auraient dit qu'"il plafonnera rapidement, qu'il deviendra frustré de ne plus pouvoir progresser... Qu'il va se plaindre, ce qui contribuera à alourdir le climat de travail, etc. Et que, de toute façon, il s'en ira travailler ailleurs dans quelques mois, ce qui vous obligera à recommencer le processus. Mais ces conseils, c'était avant la pénurie de main-d'oeuvre et il concernait une génération de travailleurs plus engagés à l'égard de leur employeur que ne le sont les jeunes d'aujourd'hui.

Ce temps est révolu et on peut dire aussi que la notion de surqualification est devenue désuète dans le contexte actuel. Les jeunes d'aujourd'hui ne se voient plus à l'emploi de la même entreprise toute leur vie. Le cheminement de carrière selon l'échelle hiérarchique traditionnelle ne représente plus grand-chose pour eux. L'engagement envers leur employeur ne fait plus partie de leurs valeurs, en tout cas beaucoup moins que pour les générations précédentes. Les jeunes veulent bouger, se développer. Autrement dit, rien ne garantit que le candidat que vous embaucherez restera avec vous de nombreuses années, peu importe son niveau de qualification.

Voilà la raison pour laquelle je pense que les employeurs ne devraient plus s'attarder à la notion de surqualification des candidats. Parce que, de toute manière, ils ne peuvent plus tenir pour acquis l'engagement à long terme des employés. Cela dit, si un candidat surqualifié vous soumet sa candidature, vous devriez le questionner sur ses motivations. Et, en passant, on ne devrait jamais poser une question qui commence par "pourquoi" ; ça fait trop interrogatoire.

Mais vous pouvez lui faire remarquer qu'il a un doctorat et que le poste n'exige qu'un baccalauréat. Montrez-vous ouvert et direct à ce sujet. La réponse à cette question (pourquoi il veut le poste) n'est pas toujours "je n'ai rien trouvé de mieux". Il existe des gens qui ont de gros diplômes mais qui, une fois sur le marché du travail, se rendent compte qu'ils ne sont pas dans la bonne voie et souhaitent plutôt obtenir un emploi moins exigeant.

Vous devez tout de même tenter de prévoir combien de temps votre candidat restera avec vous. S'il postule parce qu'il ne trouve rien d'autre, c'est certain qu'il ne restera pas longtemps. Mais, encore une fois, ce n'est pas forcément une raison pour ne pas l'embaucher. S'il fait du très bon travail pendant un an ou deux, c'est toujours ça de pris, compte tenu de la pénurie de main-d'oeuvre. Et puis, rien ne vous empêche de tenter de le convaincre en cours de route qu'il pourra continuer à progresser chez vous ! Et si vous doutez fortement qu'il reste dans votre entreprise longtemps, vous pouvez commencer à planifier sa relève dès maintenant."

Propos recueillis par Dominique Froment

des questions à dr organisation?

dominique.froment@transcontinental.ca

À la une

Bourse: Wall Street clôture en forte hausse, rebond technique dans un marché toujours nerveux

Mis à jour à 17:08 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre sa meilleure séance en 10 mois.

Un nouveau règlement menace de sortir de Wall Street les sociétés chinoises cotées

16:12 | AFP

La SEC avait averti les sociétés chinoises cotées à Wall Street qu’elles devaient respecter leurs obligations.

Titres en action: Toyota, Severstal, Banque TD, Banque CIBC

Mis à jour à 10:37 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.