Les guerrières du café

Publié le 20/11/2010 à 00:00, mis à jour le 22/11/2010 à 13:50

Les guerrières du café

Publié le 20/11/2010 à 00:00, mis à jour le 22/11/2010 à 13:50

Trop à l'étroit à Montréal, les Van Houtte, Presse Café et compagnie ciblent les régions pour accroître leur part de marché. Mais deux jeunes femmes d'affaires promettent de leur livrer une chaude lutte dans leur fief de Val-d'Or. Dans cette ville de l'Abitibi-Témiscamingue, la guerre du café a commencé.

Caroline et Michelle Lefebvre, deux soeurs dans la vingtaine, ont ouvert le Balthazar Café en octobre 2009, dans une ville où les cafés-bistros sont rares. Le Balthazar, situé en plein coeur de Val-d'Or, profite du boom économique qui anime cette ville de 33 000 habitants, riche en or et autres minéraux.

Une mise de fonds totalisant 100 000 $, qui vient d'économies personnelles, d'un prêt et d'une subvention, a permis aux frangines de se lancer en affaires. Un an après son ouverture, " le Balthazar Café est rentable ", affirme Caroline Lefebvre, responsable du branding.

" Certains croient que les gens des régions sont fermés. C'est faux ! Les Abitibiens ont les moyens de dépenser quatre ou cinq dollars pour un café latte, à condition que le menu soit varié ", explique Caroline.

Les régions du Québec recèlent un potentiel commercial important pour les cafés-bistros, confirme François de l'Étoile, vice-président et directeur général de la division des cafés-bistros du géant Van Houtte.

La guerre des cafés-bistros, qui fait rage depuis 10 ans dans la métropole, a atteint les régions, notamment à Val-d'Or, où Tim Horton's construit son troisième café. Grâce à ses 400 succursales au Québec, Tim Horton's règne en monarque quasi absolu à l'extérieur de la métropole.

À la une

Le prix médian pour un condo à Montréal atteint 436$/pi2 en 2020

BLOGUE INVITÉ. Le prix médian au pi2 des copropriétés sur l'île de Montréal a grimpé de 14% en 2020.

Le rendement de la CDPQ en 2020 est sous son indice de référence

Mis à jour il y a 53 minutes | La Presse Canadienne

Il s’agit de la moins bonne performance du bas de laine des Québécois depuis 2018.

CDPQ: une gestion de l'innovation à trois niveaux

SPÉCIAL INNOVATION. Gérer l’innovation au sein d’une organisation aussi vaste que la CDPQ n'est pas une mince tâche.