PME et lobbyisme : comment faire entendre sa voix


Édition du 23 Avril 2016

La loi assure à tous l'accès au lobbyisme, mais dans les faits, les plus petites entreprises peuvent difficilement faire entendre leur voix auprès des pouvoirs publics. Sans grands moyens financiers ni beaucoup de temps à y consacrer, elles se sentent souvent impuissantes à faire changer les choses. Pourtant, des solutions existent pour leur permettre de faire valoir leur point de vue.

À lire aussi :
Comment faire du lobbyisme
Un projet de loi qui passe mal
Alfred Dallaire Memoria : deux tempêtes législatives en sept ans

En février, le sang de Philippe Thibault et Sébastien Bergeron n'a fait qu'un tour lorsqu'ils ont appris que le gouvernement du Québec venait d'octroyer une aide en prêt et garantie de prêt de 22 millions de dollars au studio britannique d'effets spéciaux Cinesite, installé à Montréal. Les deux trentenaires dirigent eux-mêmes une petite boîte d'effets spéciaux, Folks. Celle-ci compte 25 employés et a affiché une croissance annuelle de 184 % depuis sa création en 2012, avec un bond de 393 % dans la dernière année. Folks est en train de se faire construire un nouveau studio au coût de 2,2 M$, ce qui permettrait de faire croître l'activité et d'embaucher une cinquantaine de personnes supplémentaires en deux ans.

Leur industrie est internationale, très compétitive, et à Montréal, les PME québécoises jouent des coudes avec quelques mastodontes étrangers. Toutes ces petites firmes locales digèrent difficilement le soutien apporté par leur gouvernement à des concurrents extérieurs qui, certes, doivent créer plusieurs centaines d'emplois (ce qui, d'ailleurs, accentue la pénurie de professionnels dans le domaine).

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

62% des PME souhaitent plus d'aide de Québec

La grande majorité des entreprises demande un plan précis pour la réouverture de l'économie.

Une PME sur six envisage de fermer, selon la FCEI

Cela représente environ 180 000 petites entreprises canadiennes qui pourraient fermer leurs portes.

À la une

Le G20 relance le chantier d'une taxation des géants du numérique

15:01 | AFP

Washington renonce à une condition posée fin 2019 par l’administration Trump.

Accès aux poteaux de Bell: Legault doit intervenir selon Québecor

Bell doit faire connaître ses commentaires plus tard aujourd’hui.

D'autres voix encouragent Transat à trouver un plan B

Si l’arrangement entre Transat A.T. et Air Canada tient toujours, les deux parties peuvent néanmoins y mettre fin.