Les administrateurs québécois valent-ils leur salaire ?

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Septembre 2015

Les administrateurs québécois valent-ils leur salaire ?

Offert par Les Affaires


Édition du 26 Septembre 2015

Par Diane Bérard

La rémunération des dirigeants d'entreprise est sous les projecteurs depuis un bon moment. La performance des pdg justifie-t-elle le coût ? Les résultats de l'étude «Pratiques et tendances des conseils d'administration au Québec», publiée cette semaine, laissent penser qu'il est désormais pertinent de se poser la même question à propos de la rémunération des administrateurs.

À lire aussi:
Femmes et CA

En 2007, si vous siégiez au conseil d'administration d'une entreprise québécoise inscrite à l'indice TSX de la Bourse de Toronto, vous pouviez vous attendre à une rémunération médiane de 54 174 $. En 2013, celle-ci avait grimpé à 102 148 $, soit une hausse de 88,6 % révèle l'étude intitulée «Pratiques et tendances des conseils d'administration au Québec», publiée cette semaine par l'Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques (IGOPP) et la firme internationale de recrutement Spencer Stuart. Cette étude répertorie les pratiques des CA des 50 plus importantes sociétés québécoises inscrites à la Bourse TSX. Une hausse de 88,6 %, c'est presque trois fois plus que l'augmentation enregistrée dans les entreprises canadiennes de l'indice TSX au cours de la même période. Au Québec, ce sont les entreprises affichant un chiffre d'affaires de 5 milliards de dollars et plus qui ont accordé les augmentations les plus généreuses, avec un bond de 180 %.

Cette hausse de 88,6 % représente-t-elle de l'argent bien investi ? Des administrateurs mieux payés sont-ils nécessairement plus performants ? Créent-ils plus de valeur pour l'entreprise ? Accompagnent-ils mieux la direction ? Offrir une rémunération plus élevée est-il une garantie pour attirer de meilleurs candidats ?

Aucune donnée probante ne permet de trancher. Mais la question est ouverte et nous en avons parlé avec plusieurs experts.

Pour savoir si ces entreprises québécoises ont gagné à accroître la rémunération de leurs administrateurs de façon significative, il faut d'abord savoir pourquoi elles l'ont fait. Or, trois raisons peuvent motiver une augmentation de la rémunération des CA.

Page suivante: Améliorer la grille de rémunération

Améliorer la grille de rémunération

Premier scénario, la correction d'une situation inéquitable. Les données comparatives indiquent que vous sous-payez vos administrateurs ; vous intervenez. Mais autour de la table, ce sont les mêmes administrateurs ; seule leur rémunération a changé. L'entreprise a-t-elle gagné quelque chose ? Des administrateurs mieux payés fourniront-ils une meilleure contribution du jour au lendemain ? Feront-ils preuve de plus de diligence ?

Les avis sont partagés. Michel Nadeau, directeur général de l'IGOPP, s'inquiète de l'effet «cage dorée». «Lorsque la rémunération d'un administrateur occupe trop de poids dans son revenu global, il peut perdre un peu d'indépendance. Il souhaitera davantage conserver son poste et sera moins enclin à remettre en question les décisions de la direction.»

Richard Leblanc, professeur associé en droit, éthique et gouvernance à l'Université York, affirme qu'il n'existe aucune donnée établissant un lien entre la rémunération d'un administrateur et son rendement ou la performance de l'entreprise.

Jérôme Piché, associé directeur du bureau montréalais de Spencer Stuart, apporte une nuance : «Nous sommes des humains. Siéger à un CA devient de plus en plus exigeant. Et le temps n'est pas élastique. On peut passer des heures à fouiller ses dossiers ou consacrer ces heures à autre chose. La rémunération peut influer sur notre choix.»

À lire aussi:
Femmes et CA


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

La santé mentale des entrepreneurs est en péril

BALADO. François Normand et Olivier Schmouker présentent leur manchette sur la santé mentale des entrepreneurs au pays.

4 conseils pour atténuer les problèmes de santé mentale

19/09/2019 | lesaffaires.com

Ces quatre conseils pourraient vous aider.

Cette vilaine habitude agit comme une ancre sur vos rendements

BLOGUE INVITÉ. L’ancrage est un biais psychologique qui affecte le comportement de nombreux investisseurs.