Medicago : vaccin efficace contre la grippe aviaire

Publié le 30/06/2011 à 15:18

Medicago : vaccin efficace contre la grippe aviaire

Publié le 30/06/2011 à 15:18

La société de biotechnologie Medicago (TSX : MDG) de Québec vient d’annoncer des résultats positifs dans l’étude clinique de phase 2 pour son vaccin à base de plantes contre la grippe aviaire (H5N1). Il s’agit d’une étape importante pour l’entreprise, qui anticipe des revenus de ce vaccin à partir de l’année prochaine. Il reste une révision des résultats de l’étude après six mois pour revérifier l’innocuité, mais jusqu’ici aucun effet secondaire n’a été repertorié.

«Il s’agit d’une formalité plus que d’un risque», explique le vice-président et chef de la direction financière de Medicago, Pierre Labbé.

Au cours des études cliniques, le vaccin fondé sur des technologies de fabrication exclusives à base de particules pseudovirales (PPVs) a induit une solide réponse immunitaire et a été bien toléré.

«Nos résultats montrent une efficacité comparable chez les volontaires les plus jeunes et les plus âgés, ce qui constitue un avantage significatif potentiel sur les autres technologies», a affirmé le président et chef de la direction de Medicago, Andy Sheldon.

La production des vaccins débutera cet automne dans l’usine de production commerciale de Medicago en Caroline du Nord. Le démarchage auprès des gouvernements intéressés à se constituer une réserve de vaccins en cas de pandémie peut commencer dès maintenant.

Le taux de décès de la grippe aviaire est de 75%. Actuellement, le virus se transmet de la volaille à l’homme et la maladie a surtout fait des victimes en Asie. L’Organisation mondiale de la santé redoute une mutation du virus qui pourrait éventuellement se transmettre d’homme à homme.

Medicago tente parallèlement de mettre au point un vaccin à base de plantes contre la grippe saisonnière. Après avoir annoncé des résultats positifs ce mois-ci pour la première phase de ses études cliniques chez l’humain, elle s’apprête à amorcer la phase 2.

La technologie de Medicago, qui utilise la plante australienne «Nicotiana benthamiana», permet de livrer un vaccin un mois après l’identification d’une souche grippale. Les technologies concurrentes à base d’œufs, prennent de 6 à 9 mois. Les coûts de production des vaccins de Medicago sont par ailleurs moins élevés.

«Dans la phase 1 de notre étude du virus H1N1 (grippe saisonnière), nous avons été capables d’obtenir des effets comparables ou supérieurs aux technologies concurrentes avec des doses deux fois moindres, ce qui réduit encore les coûts des vaccins», précise Pierre Labbé.

L’analyste de Bloomburton, Phlippa Flint, prévoyait au début du mois que les résultats positifs de l’étude sur le vaccin H5N1 auraient un impact important sur la valeur du titre de Medicago car l’entreprise se placerait ainsi en bonne position pour décrocher des contrats gouvernementaux aux Etats-Unis. Elle notait par ailleurs que développer une réponse immunitaire solide contre la grippe aviaire était plus difficile que contre la grippe saisonnière.

 

 

 

 

À la une

L'Iran a lancé une attaque de drones contre Israël

18:07 | AFP

L’Iran a juré de «punir» Israël après une frappe le 1er avril contre son consulat à Damas.

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.