Exportations d’électricité vers New York: Hydro et les Mohawks forment un partenariat

Publié le 18/04/2024 à 17:05

Exportations d’électricité vers New York: Hydro et les Mohawks forment un partenariat

Publié le 18/04/2024 à 17:05

Par La Presse Canadienne

Le PDG d’Hydro-Québec, Michael Sabia, a évoqué un rendement avoisinant les 8% pour les parts détenues par la communauté, en conférence de presse, jeudi, à Kahnawake, sur la Rive-Sud de Montréal. (Photo: La Presse Canadienne)

Kahnawake — Hydro-Québec et le Conseil des Mohawks de Kahnawake ont confirmé leur partenariat dans le projet d’exportation d’électricité vers l’État de New York.

La communauté détiendra une participation minoritaire d’au moins 10% dans la ligne d’interconnexion Hertel-New York. La participation des Mohawks de Kahnawake leur permettra de tirer un revenu de dividende.

Le président-directeur général d’Hydro-Québec, Michael Sabia, a évoqué un rendement avoisinant les 8% pour les parts détenues par la communauté, en conférence de presse, jeudi, à Kahnawake, sur la Rive-Sud de Montréal.

«Le niveau du rendement est cohérent avec le rendement que nous gagnons nous-même sur les activités réglementées. Autrement dit, c’est à peu près 8% à 8,2%», a-t-il précisé.

La grande cheffe Kahsennenhawe Sky-Deer a mentionné que les rendements tirés de la coentreprise permettraient au Conseil d’investir dans les services à la communauté.

«La langue et la culture, les sports, les infrastructures, a-t-elle énuméré. Nous avons des besoins du côté du logement. Il y a tellement de besoins, ça sera une question des priorités du jour, car il s’agit d’une entente de 40 ans.»

La participation de 10% est un seuil minimal, mais le Conseil des Mohawks de Kahnawake pourrait prendre une plus grande participation, soit jusqu’à 49% du projet.

La grande cheffe a dit qu’elle aimerait que le Conseil prenne une plus importante participation que le minimum de 10%, mais que la question est encore à l’étude.

«Nous avons la possibilité d’aller n’importe où entre 10% et 49%, ça va dépendre de notre tolérance au risque, des taux d’intérêt. […] Nous espérons que nous pourrons prendre autant que possible et que ça profitera à la communauté.»

Hydro-Québec et le Conseil des Mohawks de Kahnawake n’ont pas chiffré précisément le montant investi par la communauté.

M. Sabia a précisé que la valeur réglementée du projet était de 345 millions de dollars (M$). De ce montant, 70% est financé par de la dette entièrement prise en charge par Hydro-Québec. Le 30% restant représente l’équité. C’est cette portion de 30% qui forme la coentreprise dans laquelle les Mohawks de Kahnawake prendront une participation d’au moins 10%.

La valeur de l’investissement pourrait ainsi varier entre 10M$ à 50M$, selon la taille de la part détenue par le Conseil des Mohawks de Kahnawake.

M. Sabia a précisé que le coût de la ligne d’interconnexion Hertel-New York est de 1,13 milliard de dollars (G$).

Pas d’augmentations des exportations

La mise en service de la ligne aura lieu en 2026. Le contrat d’exportation de 10,4 térawattheures (TWh) d’électricité vers New York aura une durée de 25 ans.

Le partenariat entre Hydro-Québec et le Conseil des Mohawks de Kahnawake s’échelonnera sur 40 ans.

La ligne continuera d’avoir une utilité à l’échéance du contrat new-yorkais, assure M. Sabia.

Il souligne que la ligne d’interconnexion Hertel-New York est bidirectionnelle, ce qui veut dire qu’Hydro-Québec pourrait également importer de l’électricité sur cette ligne éventuellement. «Cette ligne représente pour nous une occasion de développer des relations à l’extérieur du Québec, qui pourraient bien répondre à nos besoins dans l’avenir.»

M. Sabia a défendu la pertinence du contrat avec l’État de New York et celui avec l’État du Massachusetts à un moment où le Québec est confronté à la fin des surplus énergétiques.

Il a expliqué qu’Hydro-Québec exportait en moyenne 30 TWh. Il a ajouté que les deux projets représentaient environ 20 TWh. La société d’État aurait toutefois la flexibilité de réduire ses exportations sur le marché libre. «Ce n’est pas une augmentation des exportations aux États-Unis», insiste-t-il.

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

 

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

À la une

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

28/05/2024 | Emmanuel Martinez

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Adaptation au climat: les entreprises doivent se préparer au pire

28/05/2024 | François Normand

Le Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) a publié un rapport crucial pour le Québec.

Climat: le GEA recommande de la «cohérence gouvernementale»

Mis à jour le 28/05/2024 | La Presse Canadienne

Les membres du GEA ont publié une liste de 20 recommandations, soutenues par plus de 90 moyens.