L’ex-employé d’Hydro-Québec Yuesheng Wang plaide non coupable à deux nouveaux chefs

Publié le 05/04/2024 à 15:36

L’ex-employé d’Hydro-Québec Yuesheng Wang plaide non coupable à deux nouveaux chefs

Publié le 05/04/2024 à 15:36

Par La Presse Canadienne

En novembre 2022, M. Wang était devenu la première personne accusée d’espionnage économique en vertu de la Loi sur la sécurité de l’information du Canada. (Photo: La Presse Canadienne)

Un ancien employé d’Hydro−Québec accusé d’espionnage pour le compte de la Chine a enregistré vendredi un plaidoyer de non−culpabilité à deux nouvelles accusations portées contre lui en février. 

Yuesheng Wang a comparu vendredi au palais de justice de Longueuil pour répondre des deux autres chefs d’accusation portés par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en vertu de la Loi sur la protection de l’information. Il est maintenant aussi accusé d’avoir commis des actes préparatoires pour le compte d’une entité étrangère et d’avoir informé la Chine de ses intentions.

En novembre 2022, M. Wang était devenu la première personne accusée d’espionnage économique en vertu de la Loi sur la sécurité de l’information du Canada. Il avait alors été accusé d’obtention de secrets industriels, de fraude pour avoir obtenu des secrets industriels, d’abus de confiance par un fonctionnaire public et d’utilisation non autorisée d’un ordinateur.

Le procureur fédéral au dossier, Marc Cigana, a expliqué que les deux nouvelles accusations avaient été ajoutées après un examen des preuves et des faits déjà recueillis dans cette affaire.

La GRC allègue que M. Wang a relayé des informations sur Hydro−Québec à une université chinoise et à des centres de recherche chinois. Il aurait aussi publié des articles scientifiques et déposé des brevets auprès d’eux plutôt qu’auprès de la société d’État québécoise.

La GRC allègue également que M. Wang a utilisé des informations sans le consentement d’Hydro−Québec, portant ainsi atteinte à la propriété intellectuelle de son ancien employeur, le Centre d’excellence en électrification des transports et stockage d’énergie d’Hydro−Québec, à Varennes, en Montérégie.

M. Wang, de Candiac, a obtenu en novembre 2022 sa libération sous caution, assortie de nombreuses conditions. Il a déjà déclaré qu’il avait l’intention de se battre pour blanchir sa réputation.

Sur le même sujet

Adidas: enquête «approfondie» sur des allégations de corruption en Chine

17/06/2024 | AFP

Une vaste affaire de corruption présumée en Chine est évaluée à plusieurs millions d'euros et implique des employés.

OTLISQ: catalyseur d'innovation, de toutes les innovations

COURRIER DES LECTEURS. «En adoptant une approche coordonnée, Québec peut maximiser ses investissements.»

À la une

Bourse: records en clôture pour Nasdaq et S&P 500, Nvidia première capitalisation mondiale

Mis à jour il y a 1 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les titres de l’énergie contribuent à faire grimper le TSX.

Le régulateur bancaire fédéral maintient la réserve de stabilité intérieure à 3,5%

Il y a 25 minutes | La Presse Canadienne

L’endettement des ménages reste une préoccupation pour le Bureau du surintendant des institutions financières.

Mine: le Québec au 5e rang mondial, mais pour combien de temps?

Il y a 8 minutes | Josée Méthot

EXPERTE INVITÉ. Le Québec est un leader en termes d'attractivité. Toutefois, un projet de loi pourrait le déclasser.