L'épicerie à l'heure du luxe


Édition du 28 Mars 2015

L'épicerie à l'heure du luxe


Édition du 28 Mars 2015

Il y a deux ans, Délecta ouvrait sur la Rive-Sud de Québec une boucherie réinventée. Adieu les sarraus blancs tachés de sang, bienvenue les bouchers de noir vêtus. Le noir, l'allié du chic, allait aussi servir aux emballages des viandes, présentées dans des comptoirs et des chambres de vieillissement en verre et acier inoxydable. Le luxe ne serait pas que dans le décor, mais aussi dans l'offre de produits : des viandes de qualité supérieure.

«Je vends surtout du AAA dans le boeuf, mais j'en ai pour tous les budgets, précise le directeur Fabrice Bordeleau. Ça peut aller périodiquement [l'été] jusqu'au boeuf de Kobe, le plus cher de tous, qui se vend de 150 $ à 160 $ le kilo.»

À Saint-Jean-Chrysostome, un quartier de classe moyenne, Délecta n'a pas trouvé sa clientèle et a choisi de déménager au marché du Vieux-Lévis, en plus d'ouvrir une succursale à Québec, quartier Lebourgneuf, l'été dernier. Déjà, une clientèle d'habitués s'est constituée dans ce voisinage mieux nanti.

«On essaie d'éduquer les gens à manger mieux. On les incite à prendre une plus petite quantité et à faire des tests pour découvrir la différence entre les catégories de viande. On mise beaucoup sur l'expérience, on offre nos conseils, nos recettes et on établit un vrai lien avec nos clients», explique M. Bordeleau.

«Je ne peux pas me battre contre les grandes épiceries sur le plan du marketing, car on n'a pas les mêmes moyens. Mais en service à la clientèle, on peut faire une grande différence», dit celui qui mise aussi sur les événements et les dégustations pour stimuler les appétits et les ventes.

Du raffinement dans les grandes chaînes

La concurrence s'annonce plus vive que jamais entre les épiceries fines et les géants de l'alimentation, gourmands de cette clientèle prête à payer plus pour manger mieux.

«Les émissions de cuisine épousent la tendance luxe en alimentation, remarque Robert Dion, consultant et conférencier dans le service alimentaire et la restauration. Les gens qui ont du goût recherchent de plus en plus des produits de qualité pour satisfaire un palais de plus en plus exigeant.»

À la une

Quand les Québécois découvraient la Bourse dans nos pages

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. «Des entreprises comme Cascades et Couche-Tard, elles sont extrêmement reconnaissantes envers le REA.»

95 ans d'ambition et d'innovation

Édition du 21 Février 2024 | Marine Thomas

BILLET. Cela fait déjà 95 ans que le journal «Les Affaires» informe les décideurs du Québec.

Bourse: Wall Street reprend son souffle et finit en baisse

Mis à jour le 26/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé en baisse.