Le port de Québec est à nouveau paralysé

Publié le 12/10/2011 à 15:27

Le port de Québec est à nouveau paralysé

Publié le 12/10/2011 à 15:27

Par La Presse Canadienne

Le port de Québec est à nouveau paralysé par un conflit de travail alors que les débardeurs, membres du Syndicat canadien de la fonction publique, local 2614, ont déclenché mercredi avant-midi une deuxième journée de grève depuis le début du mois d'octobre.

La Société des arrimeurs de Québec a réagi en transmettant une lettre mercredi après-midi au syndicat, dans laquelle elle l'avise du décret d'un lock-out.

De plus, l'employeur affirme qu'il retirera son offre finale déposée le 25 septembre dernier si elle n'est pas acceptée d'ici vendredi midi.

Pour l'employeur, ces actes concertés causent des dommages importants, en plus d'entacher la réputation du Port de Québec. Il affirme que le conflit cause des retards importants à des navires ou compromet la réalisation de contrats potentiels.

La Société affirme qu'en plus des points jugés importants par le syndicat dans cette négociation _ l'ancienneté, employés occasionnels, congés, rotation des quarts de travail _ sa plus récente offre comporte des augmentations salariales de 26 pour cent échelonnées sur cinq ans, de telle sorte qu'en 2016, le salaire moyen des membres sera de 105 000 $ par année.

Du côté du port de Québec, on affirme suivre la situation de près. Le porte-parole, Anick Métivier, a précisé que la direction du port espère que les deux parties vont s'entendre, mais n'a pas l'intention de s'immiscer dans le conflit.

À la une

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

En face du ou de la prochain.e premier.ère ministre

Édition du 21 Septembre 2022 | Les Affaires

Si le ou la prochain.e premier.ère ministre du­ Québec était en face de vous, quel sujet serait votre priorité?

Qui est le gagnant du «Débat des chefs» pour les lecteurs de Les Affaires?

23/09/2022 | Les Affaires

Un lecteur a souligné que «l’auditeur» était le gagnant de l’exercice.