Bois d'oeuvre: le gouvernement Couillard ne veut rien savoir des quotas

Publié le 26/05/2016 à 11:19

Bois d'oeuvre: le gouvernement Couillard ne veut rien savoir des quotas

Publié le 26/05/2016 à 11:19

Par La Presse Canadienne

(Photo: Bloomberg)

À l'instar de l'industrie forestière, le gouvernement Couillard refuse qu'un nouvel accord sur le bois d'oeuvre avec les États-Unis comporte des quotas visant à encadrer les exportations canadiennes.

La ministre de l'Économie, Dominique Anglade, et son collègue aux Forêts, Laurent Lessard, ont fait part jeudi de leur position «claire et ferme» à l'occasion de la première rencontre depuis le 10 mars entre les négociateurs américains et canadiens, à Ottawa.

Depuis un certain temps déjà, des rumeurs circulent à l'effet que les États-Unis voudraient imposer une limite sur les exportations canadiennes de bois d'oeuvre. 

Il s'agit d'une position défendue depuis longtemps par la coalition américaine des producteurs de bois d'oeuvre, mais rejetée par des entreprises québécoises comme Résolu et Tembec, désireuses de profiter de la reprise des mises en chantier au sud de la frontière. 

Mme Anglade et M. Lessard rejettent ce scénario, citant l'instauration du nouveau régime forestier québécois en avril 2013, qui, à leur avis, est une copie de ce qui se fait dans «six ou sept» États américains en raison du système d'enchères.

Selon le ministre des Forêts, le Québec a fait les «efforts ultimes» pour satisfaire aux exigences américaines en matière de libre-échange, ce qui doit être défendu par les négociateurs canadiens. 

L'accord de 2006 entre le Canada et les États-Unis sur le bois d'oeuvre s'était conclu au terme de cinq ans de batailles devant les tribunaux. 

En dépit de son échéance, les autorités américaines ne peuvent imposer de tarifs douaniers sur les produits canadiens du bois jusqu'en octobre prochain. À l'approche du scrutin présidentiel aux États-Unis, certains analystes du secteur estiment qu'il pourrait notamment être difficile d'en arriver à une nouvelle entente avant l'échéance de la période de grâce.

À la une

Le projet de loi 96 bien accueilli par l'opposition et Ottawa

La nouvelle pièce législative vise à encadrer l’usage du français chez les entreprises de 25 à 49 employés notamment.

Le gouvernement Legault parraine une réforme de la loi 101

Mis à jour à 16:24 | La Presse Canadienne

La nouvelle loi 101 sera appliquée aux entreprises de 25 à 49 employés.

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»