Commission unique : Ottawa n'en démord pas

Publié le 21/03/2013 à 16:22, mis à jour le 21/03/2013 à 17:36

Commission unique : Ottawa n'en démord pas

Publié le 21/03/2013 à 16:22, mis à jour le 21/03/2013 à 17:36

BUDGET FÉDÉRAL 2013. Le gouvernement fédéral persiste et signe : il souhaite conclure un accord avec les provinces sur la création d’une commission unique de réglementation des valeurs mobilières.

Et si un tel accord ne peut être conclu, Ottawa proposera des mesures législatives pour s’acquitter de ses responsabilités en matière de réglementation en accord avec la décision de la Cour suprême du Canada, apprend-on dans le plan budgétaire.

En effet, le gouvernement fédéral a bien retenu, dans le jugement de la Cour suprême, que son rôle est de « prévenir les risques systémiques comme ceux que posent les instruments dérivés de gré à gré et y réagir ».

C’est pourquoi il souhaite créer un organisme commun de réglementation qui « devrait administrer un seul jeu de règle ».

« Un cadre fédéral de réglementation des valeurs mobilières serait appliqué de manière cohérente à l’échelle nationale et n’éliminerait pas les commissions provinciales des valeurs mobilières, qui continueraient de gérer la réglementation au quotidien des activités liées aux valeurs mobilières », apprend-on dans le budget de Flaherty.

Selon le budget 2012, l’éventuelle commission unique « préserverait aussi les éléments du système actuel qui fonctionnent bien, comme la présence, sur le territoire de chaque administration participante, de bureaux de réglementation dotés de la capacité et des ressources nécessaires pour servir les participants au marché local ».

À la une

Ce que les repreneurs pensent, mais ne disent jamais

Il y a 32 minutes | Sylvie Huard

BLOGUE INVITÉ. Tous les repreneurs me parlent de trois enjeux qu'ils n’osent jamais aborder avec les membres du clan.

L'innovation peut régler des problèmes de société, dit le ministre Fitzgibbon

Il y a 8 minutes | La Presse Canadienne

Le gouvernement alloue 2 milliards de dollars supplémentaires à la nouvelle mouture de la SQRI.

Et si l’empathie était le moteur de l’innovation?

BLOGUE INVITÉ. Si nous ne pouvons pas nous mettre dans la peau de l’autre, il est impossible d’innover.