Un nouveau réseau d'affaires mondial pour les francophones

Publié le 29/03/2022 à 07:00

Un nouveau réseau d'affaires mondial pour les francophones

Publié le 29/03/2022 à 07:00

Par François Normand

Le quartier de la Défense, à Paris (Photo: Ruben Christen pour Unsplash)

Des associations patronales francophones dans le monde, dont le Conseil du patronat du Québec (CPQ), unissent leurs forces pour créer l’Alliance des patronats francophones (APF), qui regroupe 26 pays sur quatre continents.

Le président du CPQ, Karl Blackburn, et ses homologues patronaux en ont fait l’annonce ce mardi en Tunisie, l’un des pays membres de ce nouveau réseau d’affaires. Geoffroy Roux de Bézieux, président du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), sera le premier président de l’APF, et ce, pour un mandat de deux ans.

L’organisme regroupe des États comme la France, la Belgique, la Suisse, le Maroc, le Sénégal, le Liban, le Cambodge, le Laos et le Québec — dont le CPQ représentera les gens d’affaires francophones pour l’ensemble de l’Amérique du Nord.

 «On veut démontrer que faire des affaires en français, c’est possible (…) Il faut être capable de se projeter à travers le monde, et on est loin d’être seuls!», souligne au bout du fil Karl Blackburn, qui occupera l’un des 9 postes de vice-présidents, en plus d’être le trésorier de l’APF.

On l’oublie souvent, mais le français est la troisième langue des affaires dans le monde après l’anglais et le mandarin, selon les données de l’APF. De plus, 20% des échanges commerciaux dans le monde se font entre des pays francophones, et la francophonie économique pèse pour 16,5% du revenu brut mondial.

L’Alliance tentera d’accélérer les relations d’affaires entre les entreprises francophones aux quatre coins de la planète.

Elle coordonnera aussi l’action francophone des organisations économiques les plus représentatives de chacun des pays membres de l’APF, en plus d’établir des diagnostics partagés et de proposer des propositions communes et concrètes.

 

Plus facile de recruter de la main-d'œuvre

Le CPQ sera responsable du groupe de travail sur la formation de la main-d'œuvre. Il devra donc s’attaquer aux enjeux de reconnaissances des acquis, définir un modèle de formation adapté aux besoins des économies francophones et favoriser la mobilité étudiante.

«L’Alliance pourra par exemple aider des entreprises québécoises à recruter du personnel à l’étranger», précise Karl Blackburn.

Le nouvel organisme établi à Paris aura un budget annuel de fonctionnement de 500 000 euros (688 190 $ CA), qui est appelé à augmenter, sans parler d’un site web qui sera lancé sous peu.

La création de l’Alliance survient six mois après la tenue de la première Rencontre des entrepreneurs francophones (REF) et la Déclaration de Paris, en août 2021. Ce nouvel organisme se veut donc l’incarnation d’une volonté de bâtir une francophonie économique autour des entreprises.

La prochaine rencontre de l’APF aura lieu à Abidjan, en Côte-d’Ivoire, en octobre 2022, pour la tenue du Sommet de la Francophonie. Karl Blackburn aimerait que la rencontre ait lieu au Québec en 2023.

À la une

Cinq faits peu connus sur les REER

Il y a 21 minutes | Morningstar

Voici quelques approches atypiques qui peuvent rehausser le niveau de votre épargne et stimuler vos prestations de REER.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour il y a 36 minutes | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Santé-sécurité au travail: de nouvelles dispositions entrent en vigueur

Il y a 46 minutes | La Presse Canadienne

Une disposition porte sur l’obligation d’accommodement d'un employeur après un accident du travail.