Quatre secteurs canadiens à risque dans la dispute entre les États-Unis et la Chine

Publié le 05/04/2018 à 06:31

Quatre secteurs canadiens à risque dans la dispute entre les États-Unis et la Chine

Publié le 05/04/2018 à 06:31

Par La Presse Canadienne

Le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine entraîne une certaine nervosité pour l'économie mondiale. L'escalade des mesures tarifaires annoncées de part et d'autre menace la stabilité économique et les secteurs qui sont le plus dépendants de la croissance mondiale.


Le gouvernement chinois a publié mercredi une liste de plus de 110 biens américains qui pourraient être soumis à des tarifs, une mesure évaluée à 50 milliards $ US considérée comme une réponse à une liste de tarifs que le président américain Donald Trump a présentée mardi en fin de journée, d'une valeur à peu près équivalente. Ces tarifs potentiels s'ajoutent à ceux déjà annoncés par les États-Unis sur les importations d'acier et d'aluminium, auxquelles la Chine a déjà riposté.


Voici quatre secteurs canadiens qui pourraient être les plus touchés par de telles mesures. 


Industries


Un potentiel ralentissement pourrait frapper les firmes qui comptent sur l'activité de construction associée à la croissance économique, particulièrement celles qui ont une plus grande exposition à l'international.


Métaux de base


Les prix des principaux métaux industriels comme le fer et le cuivre ont déjà reculé en raison des craintes de guerre commerciale et pourraient le faire davantage, comme c'est habituellement le cas lors des ralentissements de l'économie mondiale. 


Énergie


Le ralentissement de la croissance pourrait avoir des répercussions sur la demande pour le pétrole, et les prix du brut ont reculé après la plus récente annonce sur les tarifs. Les actions des plus petits producteurs et sociétés de services qui comptent sur une croissance soutenue ont été touchées, tandis que celles des grands producteurs qui se concentrent davantage sur la production stable que sur la croissance ont été essentiellement épargnées.


Agriculture


Puisque les tarifs chinois ciblent les produits agricoles américains comme les pommes et les fèves de soya, les producteurs canadiens s'inquiètent de voir la production américaine inonder le marché canadien. Les pomiculteurs ontariens ont déjà sonné l'alarme au sujet des effets potentiels sur les prix, tandis que Soy Canada a estimé que les tarifs entraîneraient des perturbations mondiales et de l'incertitude.


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La lutte contre le gaspillage alimentaire continue

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. L'industrie alimentaire cherche à s'adapter aux nouvelles exigences des consommateurs, de plus en plus...

Les marchés de proximité : une occasion à saisir

Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne

AGRI-AGRO. Les marchés de proximité sont en plein essor au Québec et offrent de belles occasions aux...

OPINION «Blockchain», l'avenir de la traçabilité?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
Nouveau Guide alimentaire: quels impacts pour les producteurs?
Édition du 06 Avril 2019 | Jean-François Venne
L'industrie agricole et agroalimentaire doit-elle s'inquiéter des tensions avec la Chine?
Édition du 06 Avril 2019 | Kévin Deniau

À la une

Pierre Karl Péladeau acquiert des actifs de Taxelco

On compte les compagnies Taxi Diamond et Taxi Hochelaga, ainsi que Téo Techno.

Débat: les sables bitumineux, un investissement vert?

Il y a 41 minutes | Diane Bérard

BLOGUE. Le panel «L'avenir de la finance durable au Canada» a soulevé plusieurs questions. Je les dépose pour réflexion.